Harcèlement Textuel

22 janvier 2015

La fin d'une histoire

Ça fait deux mois que j'hésite à faire cet article. Deux mois que je pèse le pour et le contre, que je me demande si c'est une bonne idée, si c'est vraiment utile. Et aujourd'hui je me dis que oui, que le moment est venu.

Quand j'ai créé Harcèlement Textuel je l'ai fait parce que je pensais chroniquer la plupart de mes lectures, parce que je ne voulais pas tout mélanger et risquer de laser les lecteurs du blog principal, parce que j'ai eu un relent de vieux phantasme de rangement.
C'est idiot, dés que je range quelques chose soit je le perd soit je m'en lasse, j'aurais du le savoir.

C'est pourquoi aujourd'hui, pour sauver HT, et parce que j'ai déjà du mal à être régulière sur un blog et demi, je choisis de réunir deux entités qui n'auraient jamais du être séparées. Dorénavant les prochaines critiques de bouquins et autres billets livresques ce feront sur Tous les chemins mènent à Kob. Comme ça aurait toujours du être le cas.
Harcèlement ne sera pas fermé mais ne sera plus non plus mis à jour. La page FB associée restera elle aussi ouverte et je n'y partagerais que les articles littéraires. Ceux qui me suivent de là ne verront donc leurs habitudes changées en rien, ils seront juste redirigés vers un autre blog. Aux rares inscrits à la newletter je conseillerais de s'inscrirent à celle du blog principal et aux abonnés Hellocoton je proposerais de s'orienter soit vers la page HC de TLCMAK soit vers la page FB de Harcèlement Textuel.

harctex

Voilà, merci à ceux et celles qui ont suivit ce blog pendant sa courte existence (presque deux ans et un peu moins de 40 messages) et merci aussi à ceux qui continueront à suivre sa croissance maintenant qu'il a rejoint le vaisseau mère.

Je vous donne rendez vous très bientôt pour une première critique dans ce nouvel environnement.

Les liens utiles :
Tous les chemins mènent à Kob
Page FB de Harcèlement Textuel
Page FB de Tous les chemins mènent à Kob
Ancienne page Hellocoton de Harcèlement Textuel
Page Hellocoton de Tous les chemins mènent à Kob
Compte Twitter de Tous les chemins mènent à Kob

Posté par kobaitchi à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 novembre 2014

J'ai lu quoi en octobre

Romans :

Baroque 'n' Roll 253p (120 à 373). Je n'ai pas adoré autant que Punk's Not Dead, en même temps ce tome est beaucoup plus ancien, mais j'ai quand même passé un très bon moment! J'essaierais d'en faire une critique plus complète dans les semaines à venir.
Le Passeur 221p. Il était dans ma liste depuis des années ce livre, je pensais que je ne le lirais jamais. Mais finalement c'était vraiment pas mal et pas aussi orienté jeune public que je le craignais. Enfin, c'est un livre jeunesse hein, mais il est lisable sans problème et sans ennui en étant plus agé.
Au nom du peuple italien 120p. Ma critique complète ici.

Manga
Rure t1 à 4 717p. Rererere lecture. ca reste mon manwa préféré mais je le savoure moins en sachant que je ne connaîtrais peut-être jamais la fin :/
Garfield une espèce de best-of 190p. J'ai vu des extraits du films mais je n'avais jamais lu la BD. Et, forcément, au vu du film je m'attendais à quelques chose de gras et vulgaire. J'ai donc été agréablement surprise en découvrant que Garfield est la version féline d'Une vie de chien et de Chiffon. Je ne comprends juste pas pourquoi lui est si connu alors que vous êtes certainement très nombreux à ne pas connaître les deux exemples que je viens de citer et qui, personnellement, m'ont d'avantage plus.
Bondz 208p
Pardonne-moi 200p
Vampire Knight t16 192p
X day 373p
Le maître des livres t2 192p. Un tome aussi bon que le premier. On en apprend un peu plus sur les différents personnages et de nouveaux apparaissent. C'est vraiment une chouette série que j'ai envie de conseiller à tout le monde.
Fleur et sens 200p. En quelque sorte la suite de Seule la fleur sait. Enfin non, pas juste en quelque sorte, c'est clairement une suite et il sera difficile d'entrer dans l'histoire sans avoir lu le trois tomes précédents.
Fight Girl 17 224p

BD :
Album Spirou 272

Posté par kobaitchi à 01:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2014

De retour de la Foire du Livre - Mes achats

De retour de la foire du livre de ma petite commune.
Bon, en réalité de retour depuis dimanche aprém mais on va faire comme si, hein.

C'est une assez grosse manifestation depuis plusieurs années (8 je crois) mais cette année j'ai trouvé qu'il y avait carrément moins de visiteurs que les précédentes. Fin du mois? Crise? Restrictions budgétaires? Nivellement par le bas de la population qui se sait même plus lire? Aucune idée mais ça nous a permis de faire une balade plus agréable qu'à l'accouumée.

Au niveau des achats j'ai dilapidé la totalité du budget que je m'étais accordée, j'ai même regretté de ne pas avoir pris plus...
Il y a :
L'échiquier du mal, dont je n'avais jamais entendu parler mais dont Sieu K m'a dit qu'on lui avait dit que c'était pas mal (ça fait beaucoup de on dit tout ça)
Deux recueils de Sherlock Holmes aux couvertures toutes moches.
La petite fille qui aimait Tom Gordon de Stephen King, qui est, je crois, l'un des rares que je n'avais pas encore. Ou alors un nouveau doublon.
Une tripotée de BD dont certaines sont pour offrir (Tif et Tondu au moins, peut-être les Schtroumpfs aussi)
Dracula. Le seul. Le vrai.
Le Livre sans nom, que j'ai envie de lire depuis des plombes et sa suite Le Cimetière de Diable.

Voilà de la lecture pour quelques mois, avec peut-être même quelques billets à l'arrivée. =)

 

DSC_0031

27 octobre 2014

In nome del popolo italiano - Au nom du peuple italien - Matteo Bacchini

in nome del popolo italianoQuatrième de couverture : Un homme, une femme, en costume de cérémonie. Jeunes époux ? Frère et soeur. Mais pour Giulio et Sara Pecorari, citoyens romains, la fête a fini au poste : les voici face aux forces de l'ordre pour témoigner du fait divers tragique qui a gâché la noce. Ce qu'ils étalent alors devant nous, au fil des flashbacks et des digressions, c'est toute leur philosophie de la vie - violence des préjugés et des rapports humains, mélange de misère et de consommation, cocktail de clichés et d'amalgames, le tout pétri de la «culture» infusée par la télévision commerciale et les slogans publicitaires.
Sous des airs de comédie à l'italienne ou de reality show, Matteo Bacchini dresse au scalpel un portrait-réquisitoire, une mythologie dégradée de notre société. Grotesque, hilarante et saturée, la langue théâtrale est l'arme jubilatoire qui dénonce, au nom du peuple italien, les cancers qui le rongent

Ce que j'en ai pensé : Je ne suis pas vraiment habituée à lire du théâtre, je pense même qu'il s'agit là de ma première pièce lue du début à la fin, ou au moins la première depuis longtemps, ce qui fait que je ne sais pas trop par ou aborder cette critique.

Ce livre tout fin (moins d'une centaine de pages, une sur deux en italien, l'autre en français) se lit très vite. L'histoire, faite de flashbacks et de morceaux choisis d'interrogatoire, ne suit pas un ordre chronologique; on apprend d'abord certaines choses que l'on ne comprend pas et qui ne prendront tout leur sens que plusieurs (dizaines de) pages plus loin.
Ce qui en ressort? Une impression de brouillard, d’incompréhension, de désordre. Et c'est totalement l'effet recherché.
Puis, ce n'est pas la faute qu'au découpage, Giulio et Sara ne se comprennent pas, ils ne s'écoutent pas. Ils se parlent via monologues interposés, pas tant dans la forme que dans le fond. Ils suivent le chemin qu'ils se sont tracé sans accorder un seul regard à l'autre. Ils sont à la fois tout l'un pour l'autre, ils sont même trop proche pour un frère et une sœur, et seuls, égoïstes, nombrilistes. Ils sont intrusifs, surtout l'un, naïf, surtout l'une, bornés et fermés. Ils représentent une couche de la population que l'on préférerait ignorer, ils sont populaire, ils sont le peuple, avec tout ce que cela sous entend de négatif, d'aprioris et d'ignorance  non assumée.
Ils sont irréels d'idiotie, de racisme, de beaufitude. Mais en même temps ils sont si proche de nous, si réaliste. Si terrifiants par cela. Et si on ne connait pas personnellement une Sara ou un Giulio on en a forcément déjà entendu parlé, on en a déjà vu dans la rue, dans les fêtes, chez des amis ou en cauchemars.
Et pas qu'à Rome, oh ça non.
Ils dépeignent avec justesse les incohérences et les défauts de la populace, du peuple d'aujourd'hui. On ne sort pas tout à fait indemne de ce texte, on se surprend à penser "Wow, si c'est comme ça que sont les romains je suis plus trop sur de vouloir retourner à Rome moi... Mais attends deux secondes, la Rome que j'ai vue ne ressemblait en rien à cette description. - En même temps tu la vue avec des yeux de touristes. Et d'enfant. Puis, honnêtement, ce que tu n'aimes pas dans ce texte c'est son adéquation avec ce que tu vois dans ta propre ville, non?"
Pas indemne je vous disais. Mais rien à voir avec la discussion des deux personnages distincts dans ma tête hein, ça c'est la norme.

Si une adaptation se fait un jour de la pièce, une adaptation jouée j'entends, je crois que je prendrais le temps d'aller la voir. Ça me plairait assez.

Si je devais néanmoins emmètre une critique, non pas à l'histoire mais à l'édition, ce serait au sujet de la préface, qui aurait été plus à sa place en post-face, parce qu'elle dévoile un peu trop de l'histoire et la lire avant la pièce est un peu dérangeant à cause de cela.

En tout cas je tiens à remercier Babelio, les Presses Universitaires du Mirail et le collectif La Langue du Bourricot pour m'avoir permis de découvrir ce livre à coté duquel je serais, sans nul doute, passée sans Masse Critique.

Points forts : La justesse dans la représentation d'un peuple malade, égocentrique, terrifiant et terriblement contemporain.
Points faibles : On apprend avant même d'ouvrir le volume qu'il s’agit d'une fratrie et non d'un couple comme c'est pourtant sous entendu du début à la fin (les spectateurs, eux , ne l'apprennent qu'à la fin de la pièce) ce qui nous empêche d''être surpris par la plus grosse révélation de l'histoire.
Nombres de tomes :  1

 

 

02 octobre 2014

J'ai lu quoi en septembre?

Alors, étrangement septembre fut un gros mois et je crois bien que cette fois j'ai respecté mon nombre de pages.

 Voyons ensemble la récap'.

Romans :

Le trône de fer intégrale t2  271p  (p684 à 955)  : Enfin! La critique complète arrive dans le courant du mois mais d'un point de vue général j'ai beaucoup aimé.
Baroque 'n' Roll 120p sur 373 : En cours. On en parle une fois terminé

BD:

Kid Paddle t7 48p : C'est toujours un plaisir de retrouver Kid, Horace et Big Bang. Dans ce tome les poupées de Carole sont prises pour cible, Kid fantasme sur l'hypothètique vie secrète de son père, les garçons tentent encore une fois d'entrer au cinéma pour voir un film gore et le petit barbare s'en prend toujours plein la tronche.
Les psy t8 46p : Tout comme Gaston je crois que les psys sont une des premières BD que j'ai eue dans les mains. Ça va faire 20 ans que je suis en thérapie chez le docteur Médard et je ne suis pas sur d'en voir un jour la fin. Ce qui n'est pas forcément un mal.
Tamara t1 48p : Ce n'est pas le meilleur, aussi bien au niveau dessin que scénario, en même temps c'est le tout premier tome. On fait connaissance avec les quatre protagonistes principaux, Tamara, sa maman, Amandine, Chico, le nouveau compagnon de cette dernière et Yoli, sa fille. Heureusement pour eux (et pour nous) Chico et Yoli vous beaucoup évoluer physiquement entre ce premier album et les suivants. Au niveau des camarades de classe il n'y a que Wagner et Zack qui survivront au temps, bien qu'ils n'aient qu'un rôle très mineur dans ce tome et que Zack n'ait d'ailleurs même pas encore de nom. Mais à part ça il y de bonnes idées et de chouettes gags, il est clair que la série est devenue bien meilleure par la suite mais c'était un premier album très honnête.
Bichon t1 48p : Je pensais que je vous avais parlé ce cette BD que j'ai eue à Noël passé mais on dirait que j'ai oublié, néanmoins le mix est déjà fait (depuis des mois en plus) et c'est vraiment une jolie histoire, donc je lui consacrerais un article d'ici peu, elle le mérite bien.

Manga :

L'arcane de l'aube t5 192p : L'histoire avance bien plus vite que dans les tomes précédents, certains personnages font des révélations surprenantes et on rencontre de nouveaux demi humains aux personnalités qui promettent du beau pour la suite. Une série qui mérite vraiment qu'on s'y attache.
Vampire Knight t14 et 15 384p : Kaname joue de moins en moins franc jeu, perso j'attends juste le moment ou il se fera coincer par la guilde et ou elle le réduira en cendre, Yuki prend enfin un peu les choses en mains, quand à Zero il pourrait aussi bien être mort pour ce que ça changerait à son activité... Je ne sais pas où veut en venir l'auteur mais elle a complètement perdu mon attention, déjà qu'elle n'a jamais été au top. Néanmoins comme il ne reste que deux tomes avant la fin je vais quand même les lire. Sait-on jamais, on assistera peut-être à un miracle?
Black Bulter t16 178p : Encore une série où l'objectif de départ est complètement passé à la trappe. L'histoire de ce tome n'est pas totalement inintéressante mais on est en train de perde l'essence même du titre au profit d'enquêtes où règne le surnaturel, corruptions et mensonges. C'est pas forcément une mauvaise chose mais ce n'est pas non plus mon tome préféré. Il faut dire aussi que depuis la révélation sur l'identité d'Undertaker mon attention s'est beaucoup relâchée quant à cette série.
Le maître des livres t1 192p : Je l'ai acheté pour sa couverture et son titre, sans même lire le résumé (ou à peine), et c'est un vrai coup de coeur! Je prépare une critique plus poussée.
Mon amour à tout jamais 200p : Critique complète là bas.
10 Count t1 192p : Critique complète là bas.
Adekan t 7 192p : A ce tome, étrangement, je lui reprocherais l'exact contraire de ce que je reprochais à Black Butler. la première moitié fait enfin avancer le fil rouge de l'histoire, on n'en apprend plus sur la passé d'Anry et Shiro ainsi que sur leurs capacités extraordinaires, néanmoins je m'y suis presque ennuyée. J'ai carrément préféré la seconde moitié qui reprend le format des premiers tomes, avec une petite enquête empreinte (quelqu'un pour me confirmer qu'empreinte s'écrit bien comme ça dans ce cas de figure?) de fantastique et d'humour. Par contre, à la fin du tome on apprend une chose présumée sur le passé de Shiro, sur la raison de son existence, qui met en lumière certaines zones d'ombres qui restaient en suspend depuis plusieurs tomes et on a là une accroche particulièrement aguichante pour le prochain tome.
Magdala t1 200p : Un titre acheté un peu au pif sur le stand de Point Manga à Retro Mia (je n'achète jamais autant au feeling que quand je peux toucher les livres. Voilà pourquoi j'évite les librairies comme l'ebola.) Et, si ce n'est pas un gros coup de coeur, c'est tout de même une sympathique petite découverte. Il ne se passe pas vraiment grand chose dans ce tome mais les pistes ouvertes sont intrigantes, je me laisserais sûrement tenter par le tome 2.
Une recette secrète t1 192p : Celui ci, je ne vais pas mentir, ce n'est pas moi qui l'ai choisi, n'étant pas très portée yuri au départ. Néanmoins l'histoire est mignonne et on prend plaisir à voir les deux héroïnes comprendre tout doucement les sentiments qu'elles éprouvent l'une pour l'autre tout en s'imaginant, bien sur, qu'ils ne sont pas réciproque.
Les vacances de Jésus et Bouddha t8 174p : On retrouve nos deux saint young men dans un tome toujours instructif et amusant alors qu'ils décident de prendre des vacances et de partir faire de la plongée à l'autre bout du Japon. Mais c'est sans compter sur l'intervention de tout leurs amis divins aux intentions aussi louables que maladroites.

lecture septembre

Pour un total de 2677 pages. Pas mal mais je m'attendais à plus en voyant la pile de mangas de ce mois ci. Enfin, j'ai respecté mon quota, c'est cool, et je repars pour 2000 pages en octobre.

 

 


20 septembre 2014

Mon amour à tout jamais - Kou Yoneda [Avant Première]

mon amour a tout jamaisQuatrième de couverture : Harumi Deguchi est tombé amoureux de Ryo Onoda, un hétéro de trois ans de moins que lui. Préférant ne rien dire de peur de briser leur amitié, la pression de ses sentiments est de plus en plus forte. Malgré cette situation il reste incapable de dire à Onoda ce qu'il ressent, s'accrochant à la moindre de ses expressions, les tourments s'accumulent au fond de lui…

 

Ce que j'en ai pensé : Comme je suis bien partie j'enchaine avec la critique de la seconde avant première, Mon Amour à Tout Jamais.
Il s'agit d'un spin-off du Labyrinthe des sentiments, qui est aussi très très bien, mais vous pourrez tout à fait comprendre ce tome sans avoir lu ce dernier.

Kou Yoneda aime faire changer de bord l'un de ses personnages dans ses histoires, Togawa était sa victime dans le labyrinthe des sentiments, ce coup ci il s'agit d'Onoda, son ex-collègue, qui, presque sur un malentendu va prendre connaissance des sentiments de Deguchi, un ami de longue date, à son égard précisément au moment où il commencera à se poser de sérieuses questions sur son orientation sexuelle. Hésitations, peurs, attentes et peut-être même triangle amoureux? Chaque personnage sonne si juste qu'on a parfois envie de lui talocher l'arrière du crâne quand il hésite précisément là on on aurait hésité, là où l'on a peut-être hésité à une époque et où l'on s'en est voulu de ne pas avoir agit plus vite/ tout cours.
Encore une fois nous avons là une auteur que j'apprécie beaucoup pour la profondeur qu'elle apporte à ses personnages, leurs réactions sont sensées et encore une fois on y croit.

Je ne peux  pas dire grand chose de plus sans risquer dévoiler une partie de l'histoire donc il s'agira d'une critique très courte. Retenez juste que l'histoire est belle, les dessins doux et si vous avez aimé le labyrinthe des sentiments vous serrez heureux d'appercevoir Shima de ci de là, et si vous ne l'avez pas encore lu vous devriez en avoir envie une fois ce tome terminé.

Points forts : La justesse des sentiments, mettez de coté le fait qu'il s'agisse d'un yaoi et achetez ce manga pour l'histoire d'amour derrière. Oubliez les yaoi avec des bites et des culs toutes les trois pages et appréciez une véritable histoire d'amour et de vie d'adultes et non de porno.
Points faibles : Très terre à terre. Là tout de suite ça ne me dérange absolument pas mais parfois je préfère lire une histoire avec un peu plus de magie. Mais quand on l'achete en sachant cela (ce qui était parfaitement mon cas) je n'arrive pas à trouver de vrai point négatif.
Nombres de tomes :  1 (terminé)

Mix mon amour a tout jamais

 

 

 

18 septembre 2014

10 Count - Rihito Takarai [Avant Première]

10 count Rihito TakaraiQuatrième de couverture : Shirotani est un jeune homme brillant atteint de mysophobie (peur irraisonnée des germes et bactéries.). Quand le chef d’entreprise pour lequel il travaille est victime d’un accident, il rencontre Kurose, un jeune homme qui lui conseille de se faire soigner et lui laisse la carte d’une clinique psychiatrique. Le lendemain, Shirotani se rend à la clinique et comprend que Kurose est un des psychiatres qui y travaillent. Les deux noueront alors une relation qui dépassera bientôt le cadre médecin-patient…

Ce que j'en ai pensé : Ceux qui suivent mon blog principal savent que j'ai été claquer tout mon pognon faire un tour sur le premier salon Retro Mia ce week-end. Honnêtement j'y allais d'abord pour voir Bernard Minet en concert (oui). Mais quand j'ai vu, sur leur page fakebook, les éditions Taifu annoncer que deux de leur nouveautés seraient dispo en en avant première sur leur stand je me suis félicitée d'avoir cédé à la tentation.

Et c'est donc avec 10 jours d'avance que j'ai pu découvrir le tout nouveau manga de Rihito Takarai, (Seule la fleur sait, Seven days) 10 Count.
Je suis fan depuis un moment déjà de son trait et de son rythme tranquille et cette fois encore je n'ai pas été déçue, les personnages sont attachants, leur psychologie est traitée de façon crédible et leurs réactions sont si naturelles qu'on en vient à se demander si nous aussi on y gagnerait pas à ouvrir d'avantage nos sentiments aux autres plutôt que de supposer que ce qu'on pense qu'ils pensent est la réalité.

C'est assez paradoxale mais il se passe à la fois peu et beaucoup dans ce tome. Peu dans l'évolution de la (non) relation entre Shirotani et Kurose mais beaucoup dans l'évolution personnelle de Shirotani.
C'est face à une épreuve peu conventionnelle que l'auteure met son personnage cette fois et toute personne atteinte d'une phobie, quelle qu'elle soit, peut comprendre à quel point la voie de la guérison peut-être douloureuse et semée d'embuches.
Dés le départ on s'imagine deviner pourquoi Kurose propose cette thérapie à Shirotani, on croit comprendre pourquoi il garde ses distances aussi, mais l'auteur n'est-elle pas en train de nous mener en bateau?
La relation entre les deux protagonistes demande vraiment à être complétée, approfondie, car elle est très frustrante en l'état. Comme souvent dans ses histoires les personnages sont hésitants, cachent leurs véritables sentiments et cela aboutit à des situations de mal-entendu où l'un, voir les deux, souffrent inutilement.

Pour toutes ces raisons je vous recommande ce manga et attends le tome deux avec impatience.



Points forts : Les dessins, un thème (mysophobie) très peu abordé en bande dessinée,  une évolution des personnages crédible et intelligente. Et puis bon, cette couv. non mais sérieux, cette couv. quoi! C'est devenu l'une de mes favorites.
Points faibles : Le tome 2 n'est même pas encore sortit au Japon, faut pas s’attendre à voir la fin avant un bon paquet de mois. (On félicitera Taifu pour la rapidité d’acquisition de la série par contre)
Nombres de tomes :  1 vo et vf (série en cours)

Mix 10 count t1

 

07 septembre 2014

J'ai lu quoi en août?

Août fut très calme en matière de lecture, voici donc mon (tout) petit récapitulatif.

Roman :
Le trône de fer 337p sur 955 (p346 à 683) A l'heure où j'écris ceci il me reste une centaine de page, cette fois je peux enfin affirmer que septembre sera son dernier mois. Il était temps!

 

Manga :
Castle Mango t1 et 2 384p J'avais acheté le tome 1 lors du salon Made in Asia en débit d'année donc je l'ai relu avant d'entamer le 2. Cette mini série est un peu le contraire de beaucoup d'autres, le résumé ne m'interessait pas plus que ça mais sa lecture s'est finalement avérée très agréable.
Docteur Lapin et Mister Tigre t1 192p Pas mal mais pas mémorable.
L'enfer en Bouteille (one shot) 200p Très déçue par ce livre!J'en avais lu de très bonnes critiques mais, perso, je trouve qu'aucune des quatre histoires présentées dans ce tome n'a l'air d'être terminée. Au contraire, ça s'arrete même souvent alors que ça commençait à être intéressant. Au niveau de style graphique il est assez rétro, on accroche ou pas. Personnellement je ne suis pas hyper fan mais si l'histoire racontée est intéressante ou se prête bien à ce style ça ne me dérange pas.
Les vacances de Jésus et Bouddha t6 et 7 348p Je suis toujours fan en plus j'apprends plein de détails sur le bouddhisme que j'ignorais. Nettement moins sur le catholicisme par contre, à croire que les cours de religion sont plus complets que ceux d'histoires ou de math...
L'opéra de Pékin t2 193p Alors  que j'avais trouvé le tome 1 plutôt lent j'ai trouvé que celui faisait clairement avancer l'histoire (tout en instruisant aussi, décidément). Elle doit se terminer dans le tome 3, par contre celui ci n'est plus édité, je vais devoir fouiller un peu pour le trouver.
L'arcane de l'aube t3 et 4 384p Je ne sais pas pourquoi j'ai mis tant de temps avant d'acheter le tome 5 (plus d'un an et demi), cette histoire est de plus en plus intéressante au fur et à mesure qu'elle avance.

BD
Gaston intégrale t4 223p La BD que je fini toujours par relire même si je la connais par coeur (enfin, pas ce tome ci en particulier hein, tout les Gaston). Je me demande même si ce n'est pas une des toutes premières BD que j'ai lue.

 

Ce qui fait un total de 2261 pages et le deuxième mois d'affilée où je ne respecte pas mon objectif.
Je pars donc seulement sur 2000 pages pour septembre ;)

lecture aout copie

Posté par kobaitchi à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 août 2014

Lectures de juillet

Comme prévu juillet fut un mois maigre et j'ai avancé bien moins que je ne l'aurais aimé sur le trône de fer. Enfin, ça me permettra d'en profiter encore en août.
D'ailleurs à ce propos, le groupe 1 mois >> 1000 pages  prend un mois de vacances jusqu'en septembre mais ça ne m'empechera pas de faire ma récap mensuelle. C'est le seul challenge que je respecte toujours depuis mon inscription alors je ne vais pas prendre le risque de me déshabituer ;)
Même si je suis souvent en retard oui je sais... D'ailleurs vous avez remarqué? On est le 1er! Et mon article est posté! Trop balèze que je deviens.

lecture juillet copie

En juillet nous avons donc eu :
Roman :
Le trône de fer t2 : (p95 à 346 sur 960) 251p (Je vous réserve mon avis pour quand je l'aurais terminé)
Rush t1 : 255p (ma critique ici)
Manga:
Les vacances de Jésus et Bouda t5  176p (titre fidèle à lui même, qui instruit en plus d'amuser. Je recommande chaudement!)
Fight Girl t16 224p (ce tome est meilleur que les deux-trois précédants! Et on a enfin fait le tour de tout les membres du conseil des élèves, l'histoire va pouvoir a-van-cer)
L'arcane de l'aube t1 et 2 384p (relecture parce que je viens d'acheter le tome 5 plus d'un an après le 4, j'ai besoin de me remettre dans le bain. L'histoire est bien, les personnages kawaii au possible. Les deux premiers tomes ne sont pas forcément les plus intéressants par contre. Et... je veux toucher les oreilles de Loki moi aussi!)
Vampire Knight t 11, 12 et 13 576p (Je suis contente d'avoir persévérer, ça devient enfin intéressant. Mais si je n'avais pas quelqu'un pour me les prêter je n'aurais jamais été si loin!)
BD :
Maliki t1 160p (La BD du blog. C'est léger, marrant, mignon et plein de chats)
Tamara t7 à 10 192p (Je les ai depuis quelques années déjà et j'avais un peu peur de ne plus vraiment accrocher mais pas du tout, j'aime toujours beaucoup. Puis c'est pas trop compliqué pour moi de m'identifier...)
E-book :
 Manuel à l'usage de la Salope qui s'ignore mais qui sommeille en chacune de nous ou qui devrait (I'm a Bitch... So what?) 30p sur 233  (Il était gratuit, les commentaires Amazon étaient plutôt bon et il y a un concours dans les dernières pages alors bon, je l'ai pris... Mais j'ai laissé tomber au bout d'une trentaine de pages. Je déteste les histoires de poufs de filles où il ne se passe rien à part "olala un garçon trop ca-non! Je dois me le taper ou je mourrais vieille fille" et aussi les remake de pretty woman/ugly Betty/ le destin de Lisa -choisissez le titre qui vous parle le plus- où on prend une fille genre vilain petit canard (même si moi je la verrais plutôt comme une fille normale, potentiellement sympa, qui ne se maquille pas à la truelle et qui ne pense pas qu'à insérer la langue de tout les jolis petits culs qui passent entre ses lèvres) et où on en fait the bombasse grognasse qui ne peut plus sortir de chez elle sans avoir fait un arrêt salle de bain d'une heure minimum.  Et en fait déjà le titre ne me plaisait pas... Je crois que je ne suis tout simplement pas le public cible. L'appat du gratuit est une pute!
En même temps comme je l'ai dit je n'ai pas tout lu, ça devient peut-être intéressant passé les 200 premiers pages hein...
Se qui nous fait un beau total de 2248 pages.
Bon c'est pas si mal mais je vais quand même tabler sur 3000 pour août! Au boulot!

Posté par kobaitchi à 03:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 juillet 2014

Rush #1 Dette de Sang - Phillip Gwynne

Rush1DettedeSangQuatrième de couverture :

Dom Silvagni est né sous une bonne étoile. Il a de la chance : il vit au soleil de la côte australienne. Il a de l'argent : son père est un riche homme d'affaires. Il a du talent : ses performances sur les pistes d'athlétisme le destinent à une brillante carrière sportive. Aujourd'hui, Dom fête ses 15 ans. Mais son premier cadeau est une terrible révélation : sa famille a une dette envers la Mafia, une dette dont il est l'héritier ! Dom est contraint d'exécuter six contrats pour ces criminels, ou il subira un terrible châtiment.

Ce que j'en ai pensé :

Une fois oubliées les aberrations que l'on rencontre inévitablement dans ce genre de romans (une "malédiction" que les mâles de la famille se coltinent depuis des générations, le fait que 15 ans c'est pile l'age idéal pour réaliser des contrats totalement illégaux pour une super mafia, mafia qui d'ailleurs est au courant de tout, tout de suite parce qu'elle a visiblement des indics partout même dans un pays qui n'est pas du tout le sien au départ) et digéré le fait que l'auteur ne connaisse pas l'une des règles tacite de base des romans/jeux/films dans lesquels le risque pour les protagonistes de se faire tirer dessus est bien réel qui est : Pas d'animaux! Et si malgré tout animaux il y a on veille à leur survie péripatétipute d'étron! Parce que, oui, le lecteur moyen va bien plus se faire du mouron pour eux que pour les persos humains, d'autant plus si ceux ci font partie des persos principaux et que leur taux de survie est généralement équivalent à celui de sympatrie.

Enfin, une fois tout ceci mis de coté l'histoire se laisse lire, elle devient même plaisante. Et, si l'on ne s’inquiète pas une demi seconde pour la vie de Dom, soyons sérieux deux minutes SVP, il a 6 foutus contrats à exécuter, le butter dés le premier serait un sacré manque à gagner, on se laisse quand même gagner par une forme de curiosité, va t-il réussir? Trouvera t-il des alliés alors qu'il ne peut parler de son secret à personne? et d'attachement. Probablement d'identification aussi si on fait partie du public cible ce qui n'est pas mon cas. Parce que bon, on est quand même clairement face à une l'histoire orientée ado et même si l’intrigue est sympa la résolution de celle ci ne révolutionne pas grand chose.
Mais bon, même sans cette crainte on se laisse prendre par l'histoire, on se demande comment Dom va se sortir de ce premier contrat, on est impatient d'en savoir plus sur le Zolt et si on ne tremble pas pour eux on espère quand même les voir atteindre leur but.
Alors bon, comme bien souvent dans ce genre de livre les ados me semblent avoir une liberté démesurée par rapport à celle qu'on a réellement quand on a 15 ans (ou alors il n'y a que moi qui était cloitrée dans la plus haute tour de mon château à cet age?) mais bon c'est un peu un fait acquis dans la littérature jeunesse, et j'ai envie de dire heureusement, sinon il ne se passerait finalement pas grand chose.

Bon, par contre est ce que j’achèterais le tome 2?
Franchement j'en doute. Ce n'est pas que l'histoire soit mauvaise, loin de là, ni même que j'estime avoir largement dépassé l'age limite de fraicheur du lectorat, même si c'est un peu le cas. Non, ce qui m’empêchera d'aller plus loin avec Dom c'est tout simplement le prix! Chaque tome coute 15€ et il y aura 6 tomes en tout. Alors bon soyons clair, 15€ pour un livre s'il les vaut ça passe très bien (quantitativement parlant j'entends! Je n’émets aucun jugement sur la qualité là tout de suite) mais si c'est un livre avec finalement assez peu de contenu mais édité en gros pour faire plus de pognon le non pigeon en moi s'offusque. Une toute petite comparaison devrait vous parler d'avantage, je lis actuellement GoT t2 qui fait pas loin de 1000 pages et qui m'a couté 16 ou 17€, même si j'ai un peu bougonné au moment de lâcher les sous parce que je suis une grosse rapiat ça fait maintenant 3 semaines que je suis dessus et je n'en voit pas encore la fin, je me dis donc qu'il les vaut largement (en même temps je n'ai pas non plus l'occasion de lire deux heures par jours chaque jour, mais bon j'ai commencé Rush après, je l'ai ouvert à intervalles tout aussi irréguliers et pourtant ce dernier est terminé alors que je ne suis pas encore à la moitié du premier). Mais ici donc on a une série en 6 tomes (90€ en tout pour ceux qui ne suivraient pas) de 250 pages en moyenne (en supposant que les suivants seront du même gabarit) écrit en très gros. Pour moi c'est un très mauvais calcul de la part de l'éditeur, sortir le livre en format poche aurait permis de le vendre deux fois moins cher (et avec le même nombre de pages parce que franchement c'est écrit très très gros. Or, aux dernières nouvelles le livre s'adresse à un public de lycéens pas de retraités, ce n'est donc pas indispensable) et là il aurait totalement valu son prix qui aurait d'avantage flirté avec les 6 ou 7€. Une autre solution aurait été de réunir plusieurs contrats en un même livre (mais toujours à 15€ hein, pas question de passer à 30!) même si comme cela on aurait perdu le coté série.
Mais là, vraiment, je trouve que ça fait cher le bouquin expédié très (trop?) rapidement. Je ne connaitrais donc probablement jamais le fin mot de l'histoire et n'en ferais certainement pas grand cas.

Site officiel
Points forts : Peu voir pas de moments qui ne desservent l'histoire principale. On peut se procurer le tome 1 gratuitement à cette adresse (je ne sais pas si ça fonctionne toujours mais vous ne perdez rien à essayer)
Points faibles : Le rapport quantité/prix. Des personnages adultes un peu trop caricaturaux.
Nombre de tomes : 2 disponible pour le moment. 6 en tout.