22 juillet 2014

Rush #1 Dette de Sang - Phillip Gwynne

Rush1DettedeSangQuatrième de couverture :

Dom Silvagni est né sous une bonne étoile. Il a de la chance : il vit au soleil de la côte australienne. Il a de l'argent : son père est un riche homme d'affaires. Il a du talent : ses performances sur les pistes d'athlétisme le destinent à une brillante carrière sportive. Aujourd'hui, Dom fête ses 15 ans. Mais son premier cadeau est une terrible révélation : sa famille a une dette envers la Mafia, une dette dont il est l'héritier ! Dom est contraint d'exécuter six contrats pour ces criminels, ou il subira un terrible châtiment.

Ce que j'en ai pensé :

Une fois oubliées les aberrations que l'on rencontre inévitablement dans ce genre de romans (une "malédiction" que les mâles de la famille se coltinent depuis des générations, le fait que 15 ans c'est pile l'age idéal pour réaliser des contrats totalement illégaux pour une super mafia, mafia qui d'ailleurs est au courant de tout, tout de suite parce qu'elle a visiblement des indics partout même dans un pays qui n'est pas du tout le sien au départ) et digéré le fait que l'auteur ne connaisse pas l'une des règles tacite de base des romans/jeux/films dans lesquels le risque pour les protagonistes de se faire tirer dessus est bien réel qui est : Pas d'animaux! Et si malgré tout animaux il y a on veille à leur survie péripatétipute d'étron! Parce que, oui, le lecteur moyen va bien plus se faire du mouron pour eux que pour les persos humains, d'autant plus si ceux ci font partie des persos principaux et que leur taux de survie est généralement équivalent à celui de sympatrie.

Enfin, une fois tout ceci mis de coté l'histoire se laisse lire, elle devient même plaisante. Et, si l'on ne s’inquiète pas une demi seconde pour la vie de Dom, soyons sérieux deux minutes SVP, il a 6 foutus contrats à exécuter, le butter dés le premier serait un sacré manque à gagner, on se laisse quand même gagner par une forme de curiosité, va t-il réussir? Trouvera t-il des alliés alors qu'il ne peut parler de son secret à personne? et d'attachement. Probablement d'identification aussi si on fait partie du public cible ce qui n'est pas mon cas. Parce que bon, on est quand même clairement face à une l'histoire orientée ado et même si l’intrigue est sympa la résolution de celle ci ne révolutionne pas grand chose.
Mais bon, même sans cette crainte on se laisse prendre par l'histoire, on se demande comment Dom va se sortir de ce premier contrat, on est impatient d'en savoir plus sur le Zolt et si on ne tremble pas pour eux on espère quand même les voir atteindre leur but.
Alors bon, comme bien souvent dans ce genre de livre les ados me semblent avoir une liberté démesurée par rapport à celle qu'on a réellement quand on a 15 ans (ou alors il n'y a que moi qui était cloitrée dans la plus haute tour de mon château à cet age?) mais bon c'est un peu un fait acquis dans la littérature jeunesse, et j'ai envie de dire heureusement, sinon il ne se passerait finalement pas grand chose.

Bon, par contre est ce que j’achèterais le tome 2?
Franchement j'en doute. Ce n'est pas que l'histoire soit mauvaise, loin de là, ni même que j'estime avoir largement dépassé l'age limite de fraicheur du lectorat, même si c'est un peu le cas. Non, ce qui m’empêchera d'aller plus loin avec Dom c'est tout simplement le prix! Chaque tome coute 15€ et il y aura 6 tomes en tout. Alors bon soyons clair, 15€ pour un livre s'il les vaut ça passe très bien (quantitativement parlant j'entends! Je n’émets aucun jugement sur la qualité là tout de suite) mais si c'est un livre avec finalement assez peu de contenu mais édité en gros pour faire plus de pognon le non pigeon en moi s'offusque. Une toute petite comparaison devrait vous parler d'avantage, je lis actuellement GoT t2 qui fait pas loin de 1000 pages et qui m'a couté 16 ou 17€, même si j'ai un peu bougonné au moment de lâcher les sous parce que je suis une grosse rapiat ça fait maintenant 3 semaines que je suis dessus et je n'en voit pas encore la fin, je me dis donc qu'il les vaut largement (en même temps je n'ai pas non plus l'occasion de lire deux heures par jours chaque jour, mais bon j'ai commencé Rush après, je l'ai ouvert à intervalles tout aussi irréguliers et pourtant ce dernier est terminé alors que je ne suis pas encore à la moitié du premier). Mais ici donc on a une série en 6 tomes (90€ en tout pour ceux qui ne suivraient pas) de 250 pages en moyenne (en supposant que les suivants seront du même gabarit) écrit en très gros. Pour moi c'est un très mauvais calcul de la part de l'éditeur, sortir le livre en format poche aurait permis de le vendre deux fois moins cher (et avec le même nombre de pages parce que franchement c'est écrit très très gros. Or, aux dernières nouvelles le livre s'adresse à un public de lycéens pas de retraités, ce n'est donc pas indispensable) et là il aurait totalement valu son prix qui aurait d'avantage flirté avec les 6 ou 7€. Une autre solution aurait été de réunir plusieurs contrats en un même livre (mais toujours à 15€ hein, pas question de passer à 30!) même si comme cela on aurait perdu le coté série.
Mais là, vraiment, je trouve que ça fait cher le bouquin expédié très (trop?) rapidement. Je ne connaitrais donc probablement jamais le fin mot de l'histoire et n'en ferais certainement pas grand cas.

Site officiel
Points forts : Peu voir pas de moments qui ne desservent l'histoire principale. On peut se procurer le tome 1 gratuitement à cette adresse (je ne sais pas si ça fonctionne toujours mais vous ne perdez rien à essayer)
Points faibles : Le rapport quantité/prix. Des personnages adultes un peu trop caricaturaux.
Nombre de tomes : 2 disponible pour le moment. 6 en tout.


04 février 2014

Coraline - Neil Gaiman

Coraline Neil GaimanQuatrième de couverture :

La famille de Coraline vient d'emménager dans une vieille maison loin de tout, avec pour seuls voisins deux anciennes actrices à la gloire fanée et un monsieur bizarre qui élève des rats. Délaissée par ses parents accaparés par leur travail, la jeune fille, au fil de ses explorations, ne tarde pas à découvrir une porte mystérieuse. De l'autre côté l'attend un monde fantastique où tout est étrangement semblable, mais en mieux...

Ce que j'en ai pensé :

Ce livre c'est évidement celui dont a été tirée l'animation, bien sympa au demeurant, qui porte le même nom.
Je l'ai vue il y a quelques années maintenant, ce qui fait que je ne suis plus totalement certaine de ce qui s'y passe, en particulier en ce qui concerne la fin, néanmoins j'ai trouvé que l'histoire était restée très fidèle. Pour ce que je m'en souvenais du moins.

On m'avait dit que le roman était beaucoup plus terrifiant que le dessin animé, pas du tout axé enfant, là par contre je ne suis pas d'accord.
L'histoire, c'est celle d'une petite fille dont on ne donne jamais l'age, potentiellement pour ne pas perdre les lecteurs de 12-13ans si elle n'en avait eu que 11. Parfois elle se comporte franchement comme une petite ado, d'autres fois on se dit qu'elle ne doit pas avoir plus de 8 ans, c'est un détail assez perturbant quand on essaie de se la représenter autrement que comme le dessin animé nous l'a enseigné, maintenant c'est peut être juste moi qui me prend la tête inutilement.
Elle vient d’emménager dans une nouvelle maison avec ses parents un peu trop absorbés par leur boulots respectifs. C'est une fillette à l’âme aventurière qui aime fouiner partout comme toute petite curieuse qui se respecte.

Un jour, poussée par l'ennui elle va s'aventurer dans un couloir qui n'aurait même pas du se trouver à cet emplacement. De l'autre coté elle trouvera un appartement en tout point identique au sien. A quelques petits détails prés tout de même, comme des jouets vivants, des rats qui dansent et... Une autre mère.
Si je me souviens bien, dans le dessin animé Coraline va profiter un moment de cet endroit avant de commencer à avoir des doutes, hors ici ces mêmes doutes viendront nettement plus vite à elle, tout étant un peu trop faux dans cet ersatz d'appartement.
C'est donc assez rapidement qu'elle quittera ses faux père et mère dans l'intention de retrouver ses vrais parents de l'autre coté.

Hélas pour elle ses vrais parents semblent avoir disparut du monde réel et c'est à contre cœur que la petite fille va retourner dans le monde de l'autre mère pour les retrouver et les ramener avec elle.

Ce livre, pas si terrifiant que ça, semble à première vue d'avantage convenir à un public plus jeune. Malgré tout, je pense qu'il est possible de passer un agréable moment en sa compagnie tout en étant plus âgé. Moi je ne me suis pas ennuyée à sa lecture.
L'écriture est fluide, il n'y a pas véritablement de temps mort, on va de suite à l'essentiel. Ce n'est pas désagréable. Même s'il est vrai qu'une intrigue plus poussée n'aurait pas fait de mal.
De plus, m'attendant à un livre non destiné aux enfants j'ai vibré jusqu'au dernier mot du dernier chapitre dans l'attente d'un éventuel retournement de situation qui aurait tout fait basculer.
Arrive t-il ou non? Ça je ne vous le spoilerais pas ;)

Points forts : Une histoire sympa avec un conflit entre notre monde et un monde plus ou moins imaginaire ou du moins alternatif. Se lit très vite (mais ça peut aussi être un point négatif).
Points faibles : De temps en temps on ressent quand même que le livre s'adresse aux plus jeunes. Mais tant que l’âme d'enfant du lecteur n'est pas totalement morte je pense que ce n'est pas vraiment un problème.
Nombre de tomes : Un seul.

Posté par kobaitchi à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

29 janvier 2014

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès - Maurice Leblanc

lupinBon je crois que le rythme ici restera d'un article par mois, j'arrive pas à faire plus. Pourtant je lis plus...
Vous n'aurez jamais vent d'une grande partie de mes lectures, tant pis.

Et aujourd'hui on va s'attarder à Arsene Lupin contre Herlock Sholmes de Maurice Leblanc.

Quatrième de couverture

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès ! L'homme qui défie toutes les polices françaises contre l'as des détectives anglais.« C'est justement quand je ne comprends plus que je soupçonne Arsène Lupin », avoue le célèbre limier anglais. Quand deux hommes aussi intelligents s'affrontent, leur duel est un grand spectacle.Qui a volé le petit secrétaire d'acajou contenant un billet de loterie gagnant ? Qui a volé la lampe juive, le diamant bleu, joyau de la couronne royale de France ? Qui joue les passe-murailles en plein Paris ? Arsène Lupin, toujours lui, l'éternel amoureux de la Dame Blonde, plus insolent, plus ingénieux que jamais, déjouant une à une toutes les ruses de l'Anglais par d'autres ruses plus étonnantes encore.

 


Ce que j'en ai pensé

Alors déjà il faut savoir que j'en avais lu deux-trois critiques particulièrement élogieuse, je m'attendais donc à du grand art, un beau combat, un Sherlock (parce que bon Herlock = Sherlock bien sur) au top de sa forme, un Lupin tel que dans mon imaginaire et un Watson pas trop relégué au second plan.
Autant vous dire de suite que j'ai été très déçue par ce torchon!

Bon déjà ma première erreur a été de croire qu'il s'agissait d'un livre écrit par un illustre inconnu. N'ayant jamais lu d’Arsène Lupin avant j'ignorais, en bonne réfractaire aux auteurs francophones que j'étais, que Leblanc était le papa de Lupin. Je m'attendais à une écriture contemporaine ou qui au moins n'aurait pas trop mal vieillit, mais ce ne fut bien entendu pas du tout le cas.  Leblanc a vécu au début du siècle et ça ce sent! Notez bien que Conan Doyle aussi et que pourtant je suis une grande fan de son œuvre. Disons juste que les deux ne sont pas comparable, l'un ayant été un grand artiste reconnu à juste titre et l'autre un petit auteur qui se prit pour un grand.

Peut-être devrais-je aussi préciser qu'en plus d'être une grande fan de Conan Doyle je le suis aussi, et surtout, de Sherlock Holmes, qu'il s'agisse des récits originaux (que je n'ai pas encore tous lu, je l'admets) aussi bien que des adaptations plus récentes (enfin pas toutes non plus, mais les principales diront nous).

Dans ce roman, enfin les deux histoires qui le composent, Lupin mène la danse, évidement. Il a toujours une longueur d'avance sur le détective et ce sans que ce ne soit jamais plus développé que ça. On va se retrouver sans arrêt face à des situations du genre "Oh la la, Lupin est acculé mais comment va-t-il pouvoir s'en sortir? Oh ben il y a une porte cachée bien sur et POUF le voilà qui disparait" ou encore "Tiens ces personnes ressemblent quand même grave à celles du signalement que j'ai reçu... Mais bon ça peut pas être elles, elles sont pas sorties par la bonne porte."
Je vous passe aussi le dénouement final qui est RI-DI-CU-LE! Qu'on se joue des policiers dans ce genre de série c'est normal (!) mais qu'on considère que 500 d'entre eux sont aussi CONS, parce qu'il n'y a pas d'autre mots pour ça, c'est juste du foutage de gueule. Pas un seul n'a pensé que Lupin était en train de faire CA? Sérieux? J'étais sur depuis le début du chapitre que ça allait se terminer comme ça, et je peux vous assurer que je suis loin d'avoir les capacités de déduction de ce bon monsieur Holmes. Mais bon forcément l'histoire n'a pas été écrite par l'homme qui a donné son intelligence au détective anglais mais bien par un usurpateur qui se contente d'expliquer ses feintes par un "En fait Lupin est partout, il voit tout. C'est presque un magicien quoi! Trop cool. Yolo."

Les explications qui viennent après coup sont risibles et tellement... improbable.
Ce que j'aime dans un policier c'est de me dire "Oh mais ouiii! C'est tout à fait possible-réaliste-incroyable mais tellement bien amené". Si je veux voir des héros s'en sortir grâce à la magie je lis un livre de fantasy! Ou un livre pour enfant à la rigueur. Des explications de merde comme il en pleut à la fin de ces deux histoires ce ne sont, à mon gout, pas des explications de romans policiers. Tout au plus des bafouillages écrit tel qu'on pourrait en rencontrer dans la rédaction d'un élève du secondaire pas trop bien réveillé.

lupin3
L'image que j'avais de Lupin, celle du Edgard Cambriolleur de mon enfance, n'avait rien de commun avec le Lupin arrogant que j'ai découvert dans ce roman.

Une autre chose que j'ai exécré dans ce livre c'est ce que l'auteur à fait du personnage de Watson (devenu Wilson pour l'occasion). Déjà il apparait comme un crétin fini alors que ce n'est absolument pas le cas dans l’œuvre de Conan Doyle. Un petit gros stupide et heureux de servir de faire valoir qui va sortir connerie sur connerie. Jamais un homme de la trempe de Sherlock, ou même de ce décérébré vaniteux d'Herlock, ne se serait lié d'amitié avec l'idiot du village tel qu'il est représenté dans ce livre. Aussi, de toutes évidence, ce personnage dérangeait atrocement Leblanc vu que dans les deux nouvelles il se retrouve alité et dans l'incapacité d’enquêter avec son ami, très (trop) rapidement. Je l'ai vraiment ressentit comme un "Boooon, il fait chier le débile. Je suis un peu obligé de le mettre vu qu'il est toujours dans les histoires du rosbif mais il m'inspire méga trop paaaaas. Bon je vais lui coller une balle dans le bide. Hop 3 mois d’alitement obligatoire et vas y qu'on n'en parle plus."


Aussi, je ne sais pas à quel moment nous sommes censé trouver Lupin charmant. Dites moi si je me trompe mais il est bien censé être "le Gentleman cambrioleur" non? Alors pourquoi est-ce qu'à moi il m'a juste semblé être une petite raclure, un briguant sans foi ni loi qui utilise les gens de son entourage pour sa pomme? Un égoïste, un parfait connard, une racaille dont on aurait bien raison de se débarrasser une bonne fois pour toutes?
J'ai trouvé ce personnage antipathique au plus haut point! Ça m'était rarement arrivé.
Alors bien sur à la fin on apprend qu'il n'a pas commis ces affreuses choses dont on l'on accusait. Enfin, pas toutes. Mais bon ça n'en reste pas moins un voleur qui vole pour lui, juste pour lui et rien que pour lui. Pas du tout un Robin des Bois ou autre bienfaiteur anonyme ou non.
Bon c'est peut être le cas dans un autre des ses romans, je ne dis pas, mais je ne le saurais jamais. Parce que je n'ai aucune espèce d'envie de m'infliger à nouveau une telle lecture.

J'ai aussi lu que le papa de Sherlock a désapprouvé cette histoire quand il en a eu vent, ayant peur que Leblanc ne dénature et ne ridiculise son personnage. Hé ben honnêtement ça se comprend!
Heureusement l'histoire, pour une fois, aura d'avantage retenu Sir Arthur que son acolyte français. Et ça c'est une bonne note de fin malgré tout.

Points forts : Contrairement à la première nouvelle, qui elle n'a rien du tout pour elle, la seconde se laisse lire, même si la fin est plus téléphonée qu'aucune autre.
Points faibles : Une fois qu'on sait que c'est le créateur de Lupin qui écrit l'histoire on sait qui va gagner à la fin. Parce que Lebanc n'était visiblement pas capable de mettre son égo de coté en écrivant cette histoire. Et que son héros doit rester son héros. Tout le monde n'est pas capable de faire dans l'autocritique/dérision.
Nombre de tomes : Un seul. Heureusement.

31 juillet 2013

1Q84 - livre 1 Avril-Juin - Haruki Murakami

Haruki Murakami 1Q84Après un mini sondage sur la page facebook où je vous demandais quelle critique vous souhaitiez parmi mes dernières lectures c'est 1Q84 qui a gagné, donc voilà ce que j'en ai pensé.

Quatrième de couverture

Entre l'an 1984 et le monde hypnotique de 1Q84, les ombres se reflètent et se confondent. Unies par un pacte secret, les existences de Tengo et d'Aomamé sont mystérieusement nouées au seuil de deux univers, de deux ères... Une odyssée initiatique qui embrasse fantastique, thriller, et roman d'amour, composant l’œuvre la plus ambitieuse de Murakami.

Ce que j'en ai pensé

Il semblerait de Murakami soit un auteur fort connu. Moi personnellement je n'en avais jamais entendu parler avant cette saga. Mais je ne regrette pas que ça ait été le cas, son écriture est agréable et j'envisagerais peut être d'autres de ses romans dans l'avenir.
Par contre j'ai un peu de mal à écrire un avis sur ce livre je dois bien l'admettre. Déjà il m'a fallu fort longtemps pour le lire, pas qu'il ne soit pas intéressant mais il faut bien admettre qu'en près de 550 pages il ne se passe pas grand-chose. Sur le coup je l'ai a peine remarqué, preuve que c'est tout de même fichtrement bien écrit, mais par après, à l'instant même, alors que je dois en donner un avis, je me rends bien compte que je n'ai pas grand-chose à en dire sans risquer le spoiler.

Au départ nous allons suivre la vie de Tengo, professeur et écrivain se cherchant désespérément en tant que tel. Ainsi que celle d'Aomamé, jeune instructrice dans un centre de fitness qui exerce également une seconde profession un peu à part pour une étrange vieille dame quand celle-ci le lui demande.
Rapidement Tengo va se voir offrir une mission un peu particulière par son éditeur, à eux deux ils ont découvert un récit écrit par une adolescente qu'ils pensent être un futur best-seller, le seul ennui étant qu'il n'est pas particulièrement bien écrit alors que l'histoire qu'il raconte est, elle, complétement fantastique. Et la mission qui est confiée à Tengo est de le réécrire, de faire de "La Chrysalide de l'air" l'excellente l'histoire qu'ils ont aperçue à la lecture du manuscrit de la jeune fille.
Cette jeune fille, Fukaéri, est quant-à elle un peu spéciale, elle parle peu, va droit à l'essentielle et son passé est assez trouble. Très vite Tengo se demande si elle a vraiment pu inventer cette histoire, s'il ne s’agirait pas plutôt d'une sorte d'autobiographie, mais les éléments surnaturels de l'histoire ne peuvent pas être réels eux aussi n'est-ce pas?

En parallèle l'histoire d'Aomamé suit elle aussi son court, des choses étranges se passent dans sa vie. Des détails dans la vie courante tel que le design des uniformes de police ou même des parties plus ou moins importantes de l'Histoire semblent avoir changé. La jeune femme ayant la tête fortement ancrée sur les épaules se demande comment elle a pu passer à côté de telles choses, elle s'interroge même sur sa santé mentale. Nous qui sommes au courant de l’existence du double monde avons compris depuis de nombreuses pages qu'elle est passée en l'an 1Q84 (personnellement j'ai même une hypothèse sur la façon dont elle pourrait faire marche arrière. Mais serait-ce vraiment une bonne chose? Les choses ont-elles pris la même tournure en 1984 que dans le monde parallèle? Y a t-elle toujours sa place après avoir changé le cours des événements en 1Q84?) mais elle il lui faudra une bonne moitié de livre pour en accepter l'idée et pour nommer elle-même ce nouveau monde. Néanmoins elle arrive quand même rapidement à cette hypothèse. Je connais plus d'une héroïne de romans à qui il aurait fallu bien plus de temps pour se poser les bonnes questions. mais bon c'est là aussi un peu le charme d'Aomamé, terre à terre mais ouverte d'esprit et intelligente.

Enfin, leurs deux histoires se passent, Tengo travaille dur sur la réécriture du livre de Fukaéri et Aomamé se prépare pour une nouvelle mission donnée par la vieille femme. Lentement, par très petites doses, l'auteur nous dévoile ce qui lie finalement nos deux protagonistes, un lien peut être trop empreint de romantisme adolescent d'ailleurs, mais bon il reste deux livres, on ne nous a peut-être pas encore tout dit.
Doucement aussi, l'histoire, qui jusque-là avançait très tranquillement, se met à accélérer, on apprend de nouvelles choses, sur le passé de Fukaéri entre autre, étrangement lié au présent d'Aomamé. Aussi, alors qu’honnêtement vu la vitesse moyenne de l’œuvre je ne m'attendais pas à ce que le thème soit abordé dans le premier livre, on en apprend d'un coup plus sur les little people, ces êtres dont on entend parler très souvent, ceux qui rendent "La Chrysalide de l'air" si particulière, ceux dont l'adolescente ne veut rien dire alors qu'elle est la seule à savoir qui ils sont.
Vraiment la fin s'emballe, et s'il m'a fallu pas loin de 2 mois pour lire le premier livre arrivée à la fin de celui-ci je n'avais qu'une envie : Entamer le second!
J’espère seulement que le  prochain tome gardera cette vitesse tout le long et pas seulement dans les dernières pages comme ce fut le cas ici.

Points forts : Des personnages entiers et crédibles. Une histoire originale. Pas mal de questions sont posées et la fin est habillement travaillée pour donner envie d'entamer le second volet.
Points faibles : Beaucoup de moments où il ne se passe finalement pas grand-chose. Le manque de sexe entre les bon protagonistes! (voilà c'est dit...)
Nombre de tomes : Terminé en trois tomes