28 octobre 2014

De retour de la Foire du Livre - Mes achats

De retour de la foire du livre de ma petite commune.
Bon, en réalité de retour depuis dimanche aprém mais on va faire comme si, hein.

C'est une assez grosse manifestation depuis plusieurs années (8 je crois) mais cette année j'ai trouvé qu'il y avait carrément moins de visiteurs que les précédentes. Fin du mois? Crise? Restrictions budgétaires? Nivellement par le bas de la population qui se sait même plus lire? Aucune idée mais ça nous a permis de faire une balade plus agréable qu'à l'accouumée.

Au niveau des achats j'ai dilapidé la totalité du budget que je m'étais accordée, j'ai même regretté de ne pas avoir pris plus...
Il y a :
L'échiquier du mal, dont je n'avais jamais entendu parler mais dont Sieu K m'a dit qu'on lui avait dit que c'était pas mal (ça fait beaucoup de on dit tout ça)
Deux recueils de Sherlock Holmes aux couvertures toutes moches.
La petite fille qui aimait Tom Gordon de Stephen King, qui est, je crois, l'un des rares que je n'avais pas encore. Ou alors un nouveau doublon.
Une tripotée de BD dont certaines sont pour offrir (Tif et Tondu au moins, peut-être les Schtroumpfs aussi)
Dracula. Le seul. Le vrai.
Le Livre sans nom, que j'ai envie de lire depuis des plombes et sa suite Le Cimetière de Diable.

Voilà de la lecture pour quelques mois, avec peut-être même quelques billets à l'arrivée. =)

 

DSC_0031


20 septembre 2014

Mon amour à tout jamais - Kou Yoneda [Avant Première]

mon amour a tout jamaisQuatrième de couverture : Harumi Deguchi est tombé amoureux de Ryo Onoda, un hétéro de trois ans de moins que lui. Préférant ne rien dire de peur de briser leur amitié, la pression de ses sentiments est de plus en plus forte. Malgré cette situation il reste incapable de dire à Onoda ce qu'il ressent, s'accrochant à la moindre de ses expressions, les tourments s'accumulent au fond de lui…

 

Ce que j'en ai pensé : Comme je suis bien partie j'enchaine avec la critique de la seconde avant première, Mon Amour à Tout Jamais.
Il s'agit d'un spin-off du Labyrinthe des sentiments, qui est aussi très très bien, mais vous pourrez tout à fait comprendre ce tome sans avoir lu ce dernier.

Kou Yoneda aime faire changer de bord l'un de ses personnages dans ses histoires, Togawa était sa victime dans le labyrinthe des sentiments, ce coup ci il s'agit d'Onoda, son ex-collègue, qui, presque sur un malentendu va prendre connaissance des sentiments de Deguchi, un ami de longue date, à son égard précisément au moment où il commencera à se poser de sérieuses questions sur son orientation sexuelle. Hésitations, peurs, attentes et peut-être même triangle amoureux? Chaque personnage sonne si juste qu'on a parfois envie de lui talocher l'arrière du crâne quand il hésite précisément là on on aurait hésité, là où l'on a peut-être hésité à une époque et où l'on s'en est voulu de ne pas avoir agit plus vite/ tout cours.
Encore une fois nous avons là une auteur que j'apprécie beaucoup pour la profondeur qu'elle apporte à ses personnages, leurs réactions sont sensées et encore une fois on y croit.

Je ne peux  pas dire grand chose de plus sans risquer dévoiler une partie de l'histoire donc il s'agira d'une critique très courte. Retenez juste que l'histoire est belle, les dessins doux et si vous avez aimé le labyrinthe des sentiments vous serrez heureux d'appercevoir Shima de ci de là, et si vous ne l'avez pas encore lu vous devriez en avoir envie une fois ce tome terminé.

Points forts : La justesse des sentiments, mettez de coté le fait qu'il s'agisse d'un yaoi et achetez ce manga pour l'histoire d'amour derrière. Oubliez les yaoi avec des bites et des culs toutes les trois pages et appréciez une véritable histoire d'amour et de vie d'adultes et non de porno.
Points faibles : Très terre à terre. Là tout de suite ça ne me dérange absolument pas mais parfois je préfère lire une histoire avec un peu plus de magie. Mais quand on l'achete en sachant cela (ce qui était parfaitement mon cas) je n'arrive pas à trouver de vrai point négatif.
Nombres de tomes :  1 (terminé)

Mix mon amour a tout jamais

 

 

 

18 septembre 2014

10 Count - Rihito Takarai [Avant Première]

10 count Rihito TakaraiQuatrième de couverture : Shirotani est un jeune homme brillant atteint de mysophobie (peur irraisonnée des germes et bactéries.). Quand le chef d’entreprise pour lequel il travaille est victime d’un accident, il rencontre Kurose, un jeune homme qui lui conseille de se faire soigner et lui laisse la carte d’une clinique psychiatrique. Le lendemain, Shirotani se rend à la clinique et comprend que Kurose est un des psychiatres qui y travaillent. Les deux noueront alors une relation qui dépassera bientôt le cadre médecin-patient…

Ce que j'en ai pensé : Ceux qui suivent mon blog principal savent que j'ai été claquer tout mon pognon faire un tour sur le premier salon Retro Mia ce week-end. Honnêtement j'y allais d'abord pour voir Bernard Minet en concert (oui). Mais quand j'ai vu, sur leur page fakebook, les éditions Taifu annoncer que deux de leur nouveautés seraient dispo en en avant première sur leur stand je me suis félicitée d'avoir cédé à la tentation.

Et c'est donc avec 10 jours d'avance que j'ai pu découvrir le tout nouveau manga de Rihito Takarai, (Seule la fleur sait, Seven days) 10 Count.
Je suis fan depuis un moment déjà de son trait et de son rythme tranquille et cette fois encore je n'ai pas été déçue, les personnages sont attachants, leur psychologie est traitée de façon crédible et leurs réactions sont si naturelles qu'on en vient à se demander si nous aussi on y gagnerait pas à ouvrir d'avantage nos sentiments aux autres plutôt que de supposer que ce qu'on pense qu'ils pensent est la réalité.

C'est assez paradoxale mais il se passe à la fois peu et beaucoup dans ce tome. Peu dans l'évolution de la (non) relation entre Shirotani et Kurose mais beaucoup dans l'évolution personnelle de Shirotani.
C'est face à une épreuve peu conventionnelle que l'auteure met son personnage cette fois et toute personne atteinte d'une phobie, quelle qu'elle soit, peut comprendre à quel point la voie de la guérison peut-être douloureuse et semée d'embuches.
Dés le départ on s'imagine deviner pourquoi Kurose propose cette thérapie à Shirotani, on croit comprendre pourquoi il garde ses distances aussi, mais l'auteur n'est-elle pas en train de nous mener en bateau?
La relation entre les deux protagonistes demande vraiment à être complétée, approfondie, car elle est très frustrante en l'état. Comme souvent dans ses histoires les personnages sont hésitants, cachent leurs véritables sentiments et cela aboutit à des situations de mal-entendu où l'un, voir les deux, souffrent inutilement.

Pour toutes ces raisons je vous recommande ce manga et attends le tome deux avec impatience.



Points forts : Les dessins, un thème (mysophobie) très peu abordé en bande dessinée,  une évolution des personnages crédible et intelligente. Et puis bon, cette couv. non mais sérieux, cette couv. quoi! C'est devenu l'une de mes favorites.
Points faibles : Le tome 2 n'est même pas encore sortit au Japon, faut pas s’attendre à voir la fin avant un bon paquet de mois. (On félicitera Taifu pour la rapidité d’acquisition de la série par contre)
Nombres de tomes :  1 vo et vf (série en cours)

Mix 10 count t1

 

22 juillet 2014

Rush #1 Dette de Sang - Phillip Gwynne

Rush1DettedeSangQuatrième de couverture :

Dom Silvagni est né sous une bonne étoile. Il a de la chance : il vit au soleil de la côte australienne. Il a de l'argent : son père est un riche homme d'affaires. Il a du talent : ses performances sur les pistes d'athlétisme le destinent à une brillante carrière sportive. Aujourd'hui, Dom fête ses 15 ans. Mais son premier cadeau est une terrible révélation : sa famille a une dette envers la Mafia, une dette dont il est l'héritier ! Dom est contraint d'exécuter six contrats pour ces criminels, ou il subira un terrible châtiment.

Ce que j'en ai pensé :

Une fois oubliées les aberrations que l'on rencontre inévitablement dans ce genre de romans (une "malédiction" que les mâles de la famille se coltinent depuis des générations, le fait que 15 ans c'est pile l'age idéal pour réaliser des contrats totalement illégaux pour une super mafia, mafia qui d'ailleurs est au courant de tout, tout de suite parce qu'elle a visiblement des indics partout même dans un pays qui n'est pas du tout le sien au départ) et digéré le fait que l'auteur ne connaisse pas l'une des règles tacite de base des romans/jeux/films dans lesquels le risque pour les protagonistes de se faire tirer dessus est bien réel qui est : Pas d'animaux! Et si malgré tout animaux il y a on veille à leur survie péripatétipute d'étron! Parce que, oui, le lecteur moyen va bien plus se faire du mouron pour eux que pour les persos humains, d'autant plus si ceux ci font partie des persos principaux et que leur taux de survie est généralement équivalent à celui de sympatrie.

Enfin, une fois tout ceci mis de coté l'histoire se laisse lire, elle devient même plaisante. Et, si l'on ne s’inquiète pas une demi seconde pour la vie de Dom, soyons sérieux deux minutes SVP, il a 6 foutus contrats à exécuter, le butter dés le premier serait un sacré manque à gagner, on se laisse quand même gagner par une forme de curiosité, va t-il réussir? Trouvera t-il des alliés alors qu'il ne peut parler de son secret à personne? et d'attachement. Probablement d'identification aussi si on fait partie du public cible ce qui n'est pas mon cas. Parce que bon, on est quand même clairement face à une l'histoire orientée ado et même si l’intrigue est sympa la résolution de celle ci ne révolutionne pas grand chose.
Mais bon, même sans cette crainte on se laisse prendre par l'histoire, on se demande comment Dom va se sortir de ce premier contrat, on est impatient d'en savoir plus sur le Zolt et si on ne tremble pas pour eux on espère quand même les voir atteindre leur but.
Alors bon, comme bien souvent dans ce genre de livre les ados me semblent avoir une liberté démesurée par rapport à celle qu'on a réellement quand on a 15 ans (ou alors il n'y a que moi qui était cloitrée dans la plus haute tour de mon château à cet age?) mais bon c'est un peu un fait acquis dans la littérature jeunesse, et j'ai envie de dire heureusement, sinon il ne se passerait finalement pas grand chose.

Bon, par contre est ce que j’achèterais le tome 2?
Franchement j'en doute. Ce n'est pas que l'histoire soit mauvaise, loin de là, ni même que j'estime avoir largement dépassé l'age limite de fraicheur du lectorat, même si c'est un peu le cas. Non, ce qui m’empêchera d'aller plus loin avec Dom c'est tout simplement le prix! Chaque tome coute 15€ et il y aura 6 tomes en tout. Alors bon soyons clair, 15€ pour un livre s'il les vaut ça passe très bien (quantitativement parlant j'entends! Je n’émets aucun jugement sur la qualité là tout de suite) mais si c'est un livre avec finalement assez peu de contenu mais édité en gros pour faire plus de pognon le non pigeon en moi s'offusque. Une toute petite comparaison devrait vous parler d'avantage, je lis actuellement GoT t2 qui fait pas loin de 1000 pages et qui m'a couté 16 ou 17€, même si j'ai un peu bougonné au moment de lâcher les sous parce que je suis une grosse rapiat ça fait maintenant 3 semaines que je suis dessus et je n'en voit pas encore la fin, je me dis donc qu'il les vaut largement (en même temps je n'ai pas non plus l'occasion de lire deux heures par jours chaque jour, mais bon j'ai commencé Rush après, je l'ai ouvert à intervalles tout aussi irréguliers et pourtant ce dernier est terminé alors que je ne suis pas encore à la moitié du premier). Mais ici donc on a une série en 6 tomes (90€ en tout pour ceux qui ne suivraient pas) de 250 pages en moyenne (en supposant que les suivants seront du même gabarit) écrit en très gros. Pour moi c'est un très mauvais calcul de la part de l'éditeur, sortir le livre en format poche aurait permis de le vendre deux fois moins cher (et avec le même nombre de pages parce que franchement c'est écrit très très gros. Or, aux dernières nouvelles le livre s'adresse à un public de lycéens pas de retraités, ce n'est donc pas indispensable) et là il aurait totalement valu son prix qui aurait d'avantage flirté avec les 6 ou 7€. Une autre solution aurait été de réunir plusieurs contrats en un même livre (mais toujours à 15€ hein, pas question de passer à 30!) même si comme cela on aurait perdu le coté série.
Mais là, vraiment, je trouve que ça fait cher le bouquin expédié très (trop?) rapidement. Je ne connaitrais donc probablement jamais le fin mot de l'histoire et n'en ferais certainement pas grand cas.

Site officiel
Points forts : Peu voir pas de moments qui ne desservent l'histoire principale. On peut se procurer le tome 1 gratuitement à cette adresse (je ne sais pas si ça fonctionne toujours mais vous ne perdez rien à essayer)
Points faibles : Le rapport quantité/prix. Des personnages adultes un peu trop caricaturaux.
Nombre de tomes : 2 disponible pour le moment. 6 en tout.

17 février 2014

Les Royaumes de Nashira t.1 Le rêve de Talitha - Licia Troisi - AVANT-PREMIÈRE

Les Royaumes de Nashira t.1 Le rêve de Talitha - Licia TroisiQuatrième de couverture :

Le monde de Nashira est au bord de l'asphyxie, brûlé par la chaleur... Talitha, jeune comtesse recluse dans un monastère, est chargée de veiller sur la Pierre de l'Air, unique source d'oxygène pour les habitants. Mais lorsqu'elle découvre que son royaume sera bientôt anéanti, consumé par un soleil destructeur, Talitha la rebelle décide d'agir. Accompagnée par son fidèle esclave, Saiph, elle entreprend un voyage jusqu'aux terres glacées du Royaume de l'Hiver, afin de sauver Nashira.

Ce que j'en ai pensé :

Découvre cette critique ainsi que bien d'autres sur le nouveau blog à cette adresse : kobaitchi.com

04 février 2014

Coraline - Neil Gaiman

Coraline Neil GaimanQuatrième de couverture :

La famille de Coraline vient d'emménager dans une vieille maison loin de tout, avec pour seuls voisins deux anciennes actrices à la gloire fanée et un monsieur bizarre qui élève des rats. Délaissée par ses parents accaparés par leur travail, la jeune fille, au fil de ses explorations, ne tarde pas à découvrir une porte mystérieuse. De l'autre côté l'attend un monde fantastique où tout est étrangement semblable, mais en mieux...

Ce que j'en ai pensé :

Ce livre c'est évidement celui dont a été tirée l'animation, bien sympa au demeurant, qui porte le même nom.
Je l'ai vue il y a quelques années maintenant, ce qui fait que je ne suis plus totalement certaine de ce qui s'y passe, en particulier en ce qui concerne la fin, néanmoins j'ai trouvé que l'histoire était restée très fidèle. Pour ce que je m'en souvenais du moins.

On m'avait dit que le roman était beaucoup plus terrifiant que le dessin animé, pas du tout axé enfant, là par contre je ne suis pas d'accord.
L'histoire, c'est celle d'une petite fille dont on ne donne jamais l'age, potentiellement pour ne pas perdre les lecteurs de 12-13ans si elle n'en avait eu que 11. Parfois elle se comporte franchement comme une petite ado, d'autres fois on se dit qu'elle ne doit pas avoir plus de 8 ans, c'est un détail assez perturbant quand on essaie de se la représenter autrement que comme le dessin animé nous l'a enseigné, maintenant c'est peut être juste moi qui me prend la tête inutilement.
Elle vient d’emménager dans une nouvelle maison avec ses parents un peu trop absorbés par leur boulots respectifs. C'est une fillette à l’âme aventurière qui aime fouiner partout comme toute petite curieuse qui se respecte.

Un jour, poussée par l'ennui elle va s'aventurer dans un couloir qui n'aurait même pas du se trouver à cet emplacement. De l'autre coté elle trouvera un appartement en tout point identique au sien. A quelques petits détails prés tout de même, comme des jouets vivants, des rats qui dansent et... Une autre mère.
Si je me souviens bien, dans le dessin animé Coraline va profiter un moment de cet endroit avant de commencer à avoir des doutes, hors ici ces mêmes doutes viendront nettement plus vite à elle, tout étant un peu trop faux dans cet ersatz d'appartement.
C'est donc assez rapidement qu'elle quittera ses faux père et mère dans l'intention de retrouver ses vrais parents de l'autre coté.

Hélas pour elle ses vrais parents semblent avoir disparut du monde réel et c'est à contre cœur que la petite fille va retourner dans le monde de l'autre mère pour les retrouver et les ramener avec elle.

Ce livre, pas si terrifiant que ça, semble à première vue d'avantage convenir à un public plus jeune. Malgré tout, je pense qu'il est possible de passer un agréable moment en sa compagnie tout en étant plus âgé. Moi je ne me suis pas ennuyée à sa lecture.
L'écriture est fluide, il n'y a pas véritablement de temps mort, on va de suite à l'essentiel. Ce n'est pas désagréable. Même s'il est vrai qu'une intrigue plus poussée n'aurait pas fait de mal.
De plus, m'attendant à un livre non destiné aux enfants j'ai vibré jusqu'au dernier mot du dernier chapitre dans l'attente d'un éventuel retournement de situation qui aurait tout fait basculer.
Arrive t-il ou non? Ça je ne vous le spoilerais pas ;)

Points forts : Une histoire sympa avec un conflit entre notre monde et un monde plus ou moins imaginaire ou du moins alternatif. Se lit très vite (mais ça peut aussi être un point négatif).
Points faibles : De temps en temps on ressent quand même que le livre s'adresse aux plus jeunes. Mais tant que l’âme d'enfant du lecteur n'est pas totalement morte je pense que ce n'est pas vraiment un problème.
Nombre de tomes : Un seul.

Posté par kobaitchi à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 décembre 2013

Punk's Not Dead - Anthelme Hauchecorne

punks not deadLa critique d'aujourd'hui concernera un livre que j'ai reçu grâce à un super partenariat (Merci d'ailleurs!). Je l'ai terminé il y a un petit moment maintenant mais j'ai été un peu beaucoup occupée ces derniers temps et donc j'en ai négligé de vous en faire un compte rendu.
Honte sur moi, parce que ce livre est mon coup de cœur de cette fin d'année!

Quatrième de couverture

À quoi l’Apocalypse ressemblerait-elle, contée par un punk zombi ?

Qu’adviendrait-il si le QI des français se trouvait d’un coup démultiplié ? Un grand sursaut ? Une nouvelle Révolution, 1789 version 2.0 ?

Est-il sage pour un mortel de tomber amoureux d’un succube ?

Les gentlemen du futur pourront-ils régler leurs querelles au disrupteur à vapeur, sans manquer aux règles de l’étiquette ?

Comment se protéger des cadences infernales, de la fatigue et du stress au travail, lorsque l’on a le malheur de s’appeler « La Mort », et d’exercer un métier pour laquelle il n’est pas de congés ?

 
Autant de sujets graves, traités entre ces pages avec sérieux.

Ne laissez pas vos neurones s’étioler, offrez une cure de Jouvence à vos zygomatiques. Cessez de résister, accordez-vous une douce violence…

De toute évidence, PUNK’S NOT DEAD a été écrit pour vous.

Ce que j'en ai pensé

Par une écriture mêlant habillement élégance et authenticité Anthelme Hauchecorne nous happe tel un conteur populaire, nous incitant à prendre place sur un tonnelet dans sa ruelle sombre pour écouter les esprits d’antan prendre la parole à travers lui.

Dans ce livre ou se côtoient légendes, surnaturel et fantastique nous faisons connaissances avec des personnages tantôt attachants, tantôt effrayants, jamais parfait et toujours crédibles, qu'ils soient humains ou non.
C'est par une escale dans une Budapest ravagée par le feu que nous commençons notre voyage et que nous rencontrons Eva, une future scorpailleuse qui ne devra bientôt la vie qu'à une surprenante amitié qui n'est pas sans rappeler une dessin animé très connu de Miyzaki même s'il semblerait que ce ne soit pas voulu. Mais cet ami inattendu lui veut-il vraiment du bien ou va t-il la mener à sa perte? La réponse n'est que suggérée à la fin de cette nouvelle qui, heureusement, fait partie des histoires que l’auteur dit vouloir creuser plus en profondeur.
Si je parle en particulier de cette nouvelle même s'il ne s'agit pas de ma préférée c'est précisément parce qu'elle est la toute première du recueil et que dés les premières pages j'ai su que j'allais adorer tout le bouquin et qu'Hauchecorne allait devenir un nom récurant sur mes étagères.

Les univers abordés dans les différentes nouvelles sont très variés et toujours parfaitement maitrisés, on sent qu'il y a un vrai travail de recherche en amont qui apporte une sorte de stabilité, de réalité à l'ensemble. Que ce soit l'après vie d'un punk mort vivant, la dernière aventure sous-marine d'un dragon, la révolution du peuple d'en dessous à laquelle assistent impuissants deux adolescents, l'infernale déchéance d'un groupe d'anges utopistes ou toutes les autres histoires un brin dérangée sorties d'un cerveau plus fertile que la moyenne, toutes ces nouvelles, bien que parfois très sombres sont toujours teintées d'un peu d'humour, bien que souvent noir, distillé à juste dose et qui empêche les récits de tomber dans le mélo et le désespoir.

De plus grâce au backstage de quelques pages après chaque nouvelle on en apprend un peu plus sur l'histoire de la plume même de l’auteur, ce qui nous permet parfois de voir des références qui nous avaient échappées ou bien simplement d'avoir quelques explications supplémentaires.  
Chaque nouvelle est également ponctuée d'une illustration du talentueux Loic Canavaggia.

Donc pour moi c'est officiel, toute bibliothèque devrait, pour pouvoir être considérée comme telle, contenir au moins un livre de cet auteur plus que prometteur. D'ailleurs la mienne vient de faire l'acquisition de son autre recueil de nouvelles grâce au gros barbu de Noël qui a, cette année encore, fait bien attention à mes envies réalistes.

Autre particularité de l'auteur, les bénéfices de ces romans sont toujours reversés à des associations et dans le cas du présent recueil il s'agit de Sea Shepherd. Une autre bonne raison de se laisser tenter.

Points forts : Une écriture très agréable, beaucoup d'humour, des personnages attachants, la possibilité de pouvoir un jour retrouver les personnages dans une histoire plus longue.
Points faibles : Trop méconnu ;)
Nombre de tomes : Un seul.

19 septembre 2013

Le jeudi c'est Jeu Livresque (16)

Le Jeudi c'est Jeu Livresque est un rendez vous hebdomadaire que j'ai découvert chez Ceresu (que je lis régulièrement mais où je ne commente presque jamais... C'est pas bien je sais...) et qui est organisé par Secret Forbidden World.

jeudijeulivresque


Cette semaine le thème est "Une photo de votre PAL"

Et je ne regrette pas d'avoir décidé de participer, parce qu'en faisant le tour de mes étagères et de mes armoires (oui il y a des livres partout) j'ai remarqué qu'en fait j'avais un petit paquet de livres que je n'avais pas encore eu le temps-l'envie-la motivation de lire.

Les voilà donc. Ils sont 29, mais je suis sur d'en avoir zappé quelques uns et que leur nombre réel dont être plus proche des 40...
Bon ben je crois que je n'ai plus le droit de me plaindre de n'avoir rien à lire.

PAL

Vous voulez qu'on s'attaque un peu au détail? Pas de problème.

PAL1
Mais bon au départ il n'était pas pour moi, ça me fait une bonne excuse pour ne l'avoir pas encore ouvert.

PAL2
Donc en gros celui que je ne lirais probablement jamais...

PAL3
Pas vraiment ideal pour tout comprendre

PAL4
Qui jusqu'à présent est très très bon!

Posté par kobaitchi à 16:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 février 2013

Harcèlement Textuel - On va vous [en] faire baver

Ceux qui me connaissent le savent, et ceux qui ne me connaissent pas, c'est pas grave ils vont l'apprendre, j'ai déjà un blog!
Alors pourquoi un deuxième? Et pourquoi Harcèlement Textuel?

Je vais répondre point par point ce sera plus vite fait.
Alors pourquoi un second blog? Tout simplement parce que j'ai remarqué que mes petites critiques de bouquins sur le premier n’intéressent pas grand monde parmi mes habitués, et que ceux qui pourraient être intéressés ne vont, à priori, pas venir chercher ces informations là sur un blog aussi généraliste que le mien.
Hors il y a aussi le fait que j'ai un paquet de bouquins au compteur et que je trouve dommage de n'avoir aucune trace d'eux si ce n'est dans mon esprit. Parfois j'ai envie d'en relire un mais quand je vois ma PAL (pile à lire) je me dis que c'est dommage de relire un livre que je connais alors que j'en ai plusieurs inconnus qui m'attendent, dont certains depuis plusieurs mois. Alors je me dis que si j'écris quelques lignes sur chacun d'entre eux je pourrais venir les relire n'importe quand et ce sera un peu comme les reparcourir, mais rapidement.
Donc un second blog me semblait une bonne alternative au problème, si on peut qualifier cela de problème.

Aussi, pourquoi un titre comme harcèlement textuel? Tout simplement parce que le jeu de mot m'a amusé, faut pas chercher plus loin. Je pourrais, vous aussi, mais franchement ce n'est pas indispensable. Les explications les plus simple sont parfois les meilleurs.

Et à la question pourquoi Harcelemot en adresse? je répondrais simplement que harcèlement textuel était de 2 caractères trop long pour Canalblog.J'ai donc contracté les deux.

HT est aussi le nom d'un obscure groupe de rap vraiment mauvais, mais comme leur dernier (et premier?) album semble remonter à 2002 je me dis qu'ils doivent être mort (musicalement parlant), donc ça ne doit pas être trop grave si j'utilise le même nom qu'eux.

Donc voilà, d'ici peu, quand l'habillage sera parfaitement terminé, je posterais un véritable article et on pourra commencer sérieusement =)

9-Bookshelf-Designs
(Designer: Jongho Park)