28 octobre 2014

De retour de la Foire du Livre - Mes achats

De retour de la foire du livre de ma petite commune.
Bon, en réalité de retour depuis dimanche aprém mais on va faire comme si, hein.

C'est une assez grosse manifestation depuis plusieurs années (8 je crois) mais cette année j'ai trouvé qu'il y avait carrément moins de visiteurs que les précédentes. Fin du mois? Crise? Restrictions budgétaires? Nivellement par le bas de la population qui se sait même plus lire? Aucune idée mais ça nous a permis de faire une balade plus agréable qu'à l'accouumée.

Au niveau des achats j'ai dilapidé la totalité du budget que je m'étais accordée, j'ai même regretté de ne pas avoir pris plus...
Il y a :
L'échiquier du mal, dont je n'avais jamais entendu parler mais dont Sieu K m'a dit qu'on lui avait dit que c'était pas mal (ça fait beaucoup de on dit tout ça)
Deux recueils de Sherlock Holmes aux couvertures toutes moches.
La petite fille qui aimait Tom Gordon de Stephen King, qui est, je crois, l'un des rares que je n'avais pas encore. Ou alors un nouveau doublon.
Une tripotée de BD dont certaines sont pour offrir (Tif et Tondu au moins, peut-être les Schtroumpfs aussi)
Dracula. Le seul. Le vrai.
Le Livre sans nom, que j'ai envie de lire depuis des plombes et sa suite Le Cimetière de Diable.

Voilà de la lecture pour quelques mois, avec peut-être même quelques billets à l'arrivée. =)

 

DSC_0031


02 octobre 2014

J'ai lu quoi en septembre?

Alors, étrangement septembre fut un gros mois et je crois bien que cette fois j'ai respecté mon nombre de pages.

 Voyons ensemble la récap'.

Romans :

Le trône de fer intégrale t2  271p  (p684 à 955)  : Enfin! La critique complète arrive dans le courant du mois mais d'un point de vue général j'ai beaucoup aimé.
Baroque 'n' Roll 120p sur 373 : En cours. On en parle une fois terminé

BD:

Kid Paddle t7 48p : C'est toujours un plaisir de retrouver Kid, Horace et Big Bang. Dans ce tome les poupées de Carole sont prises pour cible, Kid fantasme sur l'hypothètique vie secrète de son père, les garçons tentent encore une fois d'entrer au cinéma pour voir un film gore et le petit barbare s'en prend toujours plein la tronche.
Les psy t8 46p : Tout comme Gaston je crois que les psys sont une des premières BD que j'ai eue dans les mains. Ça va faire 20 ans que je suis en thérapie chez le docteur Médard et je ne suis pas sur d'en voir un jour la fin. Ce qui n'est pas forcément un mal.
Tamara t1 48p : Ce n'est pas le meilleur, aussi bien au niveau dessin que scénario, en même temps c'est le tout premier tome. On fait connaissance avec les quatre protagonistes principaux, Tamara, sa maman, Amandine, Chico, le nouveau compagnon de cette dernière et Yoli, sa fille. Heureusement pour eux (et pour nous) Chico et Yoli vous beaucoup évoluer physiquement entre ce premier album et les suivants. Au niveau des camarades de classe il n'y a que Wagner et Zack qui survivront au temps, bien qu'ils n'aient qu'un rôle très mineur dans ce tome et que Zack n'ait d'ailleurs même pas encore de nom. Mais à part ça il y de bonnes idées et de chouettes gags, il est clair que la série est devenue bien meilleure par la suite mais c'était un premier album très honnête.
Bichon t1 48p : Je pensais que je vous avais parlé ce cette BD que j'ai eue à Noël passé mais on dirait que j'ai oublié, néanmoins le mix est déjà fait (depuis des mois en plus) et c'est vraiment une jolie histoire, donc je lui consacrerais un article d'ici peu, elle le mérite bien.

Manga :

L'arcane de l'aube t5 192p : L'histoire avance bien plus vite que dans les tomes précédents, certains personnages font des révélations surprenantes et on rencontre de nouveaux demi humains aux personnalités qui promettent du beau pour la suite. Une série qui mérite vraiment qu'on s'y attache.
Vampire Knight t14 et 15 384p : Kaname joue de moins en moins franc jeu, perso j'attends juste le moment ou il se fera coincer par la guilde et ou elle le réduira en cendre, Yuki prend enfin un peu les choses en mains, quand à Zero il pourrait aussi bien être mort pour ce que ça changerait à son activité... Je ne sais pas où veut en venir l'auteur mais elle a complètement perdu mon attention, déjà qu'elle n'a jamais été au top. Néanmoins comme il ne reste que deux tomes avant la fin je vais quand même les lire. Sait-on jamais, on assistera peut-être à un miracle?
Black Bulter t16 178p : Encore une série où l'objectif de départ est complètement passé à la trappe. L'histoire de ce tome n'est pas totalement inintéressante mais on est en train de perde l'essence même du titre au profit d'enquêtes où règne le surnaturel, corruptions et mensonges. C'est pas forcément une mauvaise chose mais ce n'est pas non plus mon tome préféré. Il faut dire aussi que depuis la révélation sur l'identité d'Undertaker mon attention s'est beaucoup relâchée quant à cette série.
Le maître des livres t1 192p : Je l'ai acheté pour sa couverture et son titre, sans même lire le résumé (ou à peine), et c'est un vrai coup de coeur! Je prépare une critique plus poussée.
Mon amour à tout jamais 200p : Critique complète là bas.
10 Count t1 192p : Critique complète là bas.
Adekan t 7 192p : A ce tome, étrangement, je lui reprocherais l'exact contraire de ce que je reprochais à Black Butler. la première moitié fait enfin avancer le fil rouge de l'histoire, on n'en apprend plus sur la passé d'Anry et Shiro ainsi que sur leurs capacités extraordinaires, néanmoins je m'y suis presque ennuyée. J'ai carrément préféré la seconde moitié qui reprend le format des premiers tomes, avec une petite enquête empreinte (quelqu'un pour me confirmer qu'empreinte s'écrit bien comme ça dans ce cas de figure?) de fantastique et d'humour. Par contre, à la fin du tome on apprend une chose présumée sur le passé de Shiro, sur la raison de son existence, qui met en lumière certaines zones d'ombres qui restaient en suspend depuis plusieurs tomes et on a là une accroche particulièrement aguichante pour le prochain tome.
Magdala t1 200p : Un titre acheté un peu au pif sur le stand de Point Manga à Retro Mia (je n'achète jamais autant au feeling que quand je peux toucher les livres. Voilà pourquoi j'évite les librairies comme l'ebola.) Et, si ce n'est pas un gros coup de coeur, c'est tout de même une sympathique petite découverte. Il ne se passe pas vraiment grand chose dans ce tome mais les pistes ouvertes sont intrigantes, je me laisserais sûrement tenter par le tome 2.
Une recette secrète t1 192p : Celui ci, je ne vais pas mentir, ce n'est pas moi qui l'ai choisi, n'étant pas très portée yuri au départ. Néanmoins l'histoire est mignonne et on prend plaisir à voir les deux héroïnes comprendre tout doucement les sentiments qu'elles éprouvent l'une pour l'autre tout en s'imaginant, bien sur, qu'ils ne sont pas réciproque.
Les vacances de Jésus et Bouddha t8 174p : On retrouve nos deux saint young men dans un tome toujours instructif et amusant alors qu'ils décident de prendre des vacances et de partir faire de la plongée à l'autre bout du Japon. Mais c'est sans compter sur l'intervention de tout leurs amis divins aux intentions aussi louables que maladroites.

lecture septembre

Pour un total de 2677 pages. Pas mal mais je m'attendais à plus en voyant la pile de mangas de ce mois ci. Enfin, j'ai respecté mon quota, c'est cool, et je repars pour 2000 pages en octobre.

 

 

07 septembre 2014

J'ai lu quoi en août?

Août fut très calme en matière de lecture, voici donc mon (tout) petit récapitulatif.

Roman :
Le trône de fer 337p sur 955 (p346 à 683) A l'heure où j'écris ceci il me reste une centaine de page, cette fois je peux enfin affirmer que septembre sera son dernier mois. Il était temps!

 

Manga :
Castle Mango t1 et 2 384p J'avais acheté le tome 1 lors du salon Made in Asia en débit d'année donc je l'ai relu avant d'entamer le 2. Cette mini série est un peu le contraire de beaucoup d'autres, le résumé ne m'interessait pas plus que ça mais sa lecture s'est finalement avérée très agréable.
Docteur Lapin et Mister Tigre t1 192p Pas mal mais pas mémorable.
L'enfer en Bouteille (one shot) 200p Très déçue par ce livre!J'en avais lu de très bonnes critiques mais, perso, je trouve qu'aucune des quatre histoires présentées dans ce tome n'a l'air d'être terminée. Au contraire, ça s'arrete même souvent alors que ça commençait à être intéressant. Au niveau de style graphique il est assez rétro, on accroche ou pas. Personnellement je ne suis pas hyper fan mais si l'histoire racontée est intéressante ou se prête bien à ce style ça ne me dérange pas.
Les vacances de Jésus et Bouddha t6 et 7 348p Je suis toujours fan en plus j'apprends plein de détails sur le bouddhisme que j'ignorais. Nettement moins sur le catholicisme par contre, à croire que les cours de religion sont plus complets que ceux d'histoires ou de math...
L'opéra de Pékin t2 193p Alors  que j'avais trouvé le tome 1 plutôt lent j'ai trouvé que celui faisait clairement avancer l'histoire (tout en instruisant aussi, décidément). Elle doit se terminer dans le tome 3, par contre celui ci n'est plus édité, je vais devoir fouiller un peu pour le trouver.
L'arcane de l'aube t3 et 4 384p Je ne sais pas pourquoi j'ai mis tant de temps avant d'acheter le tome 5 (plus d'un an et demi), cette histoire est de plus en plus intéressante au fur et à mesure qu'elle avance.

BD
Gaston intégrale t4 223p La BD que je fini toujours par relire même si je la connais par coeur (enfin, pas ce tome ci en particulier hein, tout les Gaston). Je me demande même si ce n'est pas une des toutes premières BD que j'ai lue.

 

Ce qui fait un total de 2261 pages et le deuxième mois d'affilée où je ne respecte pas mon objectif.
Je pars donc seulement sur 2000 pages pour septembre ;)

lecture aout copie

Posté par kobaitchi à 19:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 août 2014

Lectures de juillet

Comme prévu juillet fut un mois maigre et j'ai avancé bien moins que je ne l'aurais aimé sur le trône de fer. Enfin, ça me permettra d'en profiter encore en août.
D'ailleurs à ce propos, le groupe 1 mois >> 1000 pages  prend un mois de vacances jusqu'en septembre mais ça ne m'empechera pas de faire ma récap mensuelle. C'est le seul challenge que je respecte toujours depuis mon inscription alors je ne vais pas prendre le risque de me déshabituer ;)
Même si je suis souvent en retard oui je sais... D'ailleurs vous avez remarqué? On est le 1er! Et mon article est posté! Trop balèze que je deviens.

lecture juillet copie

En juillet nous avons donc eu :
Roman :
Le trône de fer t2 : (p95 à 346 sur 960) 251p (Je vous réserve mon avis pour quand je l'aurais terminé)
Rush t1 : 255p (ma critique ici)
Manga:
Les vacances de Jésus et Bouda t5  176p (titre fidèle à lui même, qui instruit en plus d'amuser. Je recommande chaudement!)
Fight Girl t16 224p (ce tome est meilleur que les deux-trois précédants! Et on a enfin fait le tour de tout les membres du conseil des élèves, l'histoire va pouvoir a-van-cer)
L'arcane de l'aube t1 et 2 384p (relecture parce que je viens d'acheter le tome 5 plus d'un an après le 4, j'ai besoin de me remettre dans le bain. L'histoire est bien, les personnages kawaii au possible. Les deux premiers tomes ne sont pas forcément les plus intéressants par contre. Et... je veux toucher les oreilles de Loki moi aussi!)
Vampire Knight t 11, 12 et 13 576p (Je suis contente d'avoir persévérer, ça devient enfin intéressant. Mais si je n'avais pas quelqu'un pour me les prêter je n'aurais jamais été si loin!)
BD :
Maliki t1 160p (La BD du blog. C'est léger, marrant, mignon et plein de chats)
Tamara t7 à 10 192p (Je les ai depuis quelques années déjà et j'avais un peu peur de ne plus vraiment accrocher mais pas du tout, j'aime toujours beaucoup. Puis c'est pas trop compliqué pour moi de m'identifier...)
E-book :
 Manuel à l'usage de la Salope qui s'ignore mais qui sommeille en chacune de nous ou qui devrait (I'm a Bitch... So what?) 30p sur 233  (Il était gratuit, les commentaires Amazon étaient plutôt bon et il y a un concours dans les dernières pages alors bon, je l'ai pris... Mais j'ai laissé tomber au bout d'une trentaine de pages. Je déteste les histoires de poufs de filles où il ne se passe rien à part "olala un garçon trop ca-non! Je dois me le taper ou je mourrais vieille fille" et aussi les remake de pretty woman/ugly Betty/ le destin de Lisa -choisissez le titre qui vous parle le plus- où on prend une fille genre vilain petit canard (même si moi je la verrais plutôt comme une fille normale, potentiellement sympa, qui ne se maquille pas à la truelle et qui ne pense pas qu'à insérer la langue de tout les jolis petits culs qui passent entre ses lèvres) et où on en fait the bombasse grognasse qui ne peut plus sortir de chez elle sans avoir fait un arrêt salle de bain d'une heure minimum.  Et en fait déjà le titre ne me plaisait pas... Je crois que je ne suis tout simplement pas le public cible. L'appat du gratuit est une pute!
En même temps comme je l'ai dit je n'ai pas tout lu, ça devient peut-être intéressant passé les 200 premiers pages hein...
Se qui nous fait un beau total de 2248 pages.
Bon c'est pas si mal mais je vais quand même tabler sur 3000 pour août! Au boulot!

Posté par kobaitchi à 03:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 février 2014

Coraline - Neil Gaiman

Coraline Neil GaimanQuatrième de couverture :

La famille de Coraline vient d'emménager dans une vieille maison loin de tout, avec pour seuls voisins deux anciennes actrices à la gloire fanée et un monsieur bizarre qui élève des rats. Délaissée par ses parents accaparés par leur travail, la jeune fille, au fil de ses explorations, ne tarde pas à découvrir une porte mystérieuse. De l'autre côté l'attend un monde fantastique où tout est étrangement semblable, mais en mieux...

Ce que j'en ai pensé :

Ce livre c'est évidement celui dont a été tirée l'animation, bien sympa au demeurant, qui porte le même nom.
Je l'ai vue il y a quelques années maintenant, ce qui fait que je ne suis plus totalement certaine de ce qui s'y passe, en particulier en ce qui concerne la fin, néanmoins j'ai trouvé que l'histoire était restée très fidèle. Pour ce que je m'en souvenais du moins.

On m'avait dit que le roman était beaucoup plus terrifiant que le dessin animé, pas du tout axé enfant, là par contre je ne suis pas d'accord.
L'histoire, c'est celle d'une petite fille dont on ne donne jamais l'age, potentiellement pour ne pas perdre les lecteurs de 12-13ans si elle n'en avait eu que 11. Parfois elle se comporte franchement comme une petite ado, d'autres fois on se dit qu'elle ne doit pas avoir plus de 8 ans, c'est un détail assez perturbant quand on essaie de se la représenter autrement que comme le dessin animé nous l'a enseigné, maintenant c'est peut être juste moi qui me prend la tête inutilement.
Elle vient d’emménager dans une nouvelle maison avec ses parents un peu trop absorbés par leur boulots respectifs. C'est une fillette à l’âme aventurière qui aime fouiner partout comme toute petite curieuse qui se respecte.

Un jour, poussée par l'ennui elle va s'aventurer dans un couloir qui n'aurait même pas du se trouver à cet emplacement. De l'autre coté elle trouvera un appartement en tout point identique au sien. A quelques petits détails prés tout de même, comme des jouets vivants, des rats qui dansent et... Une autre mère.
Si je me souviens bien, dans le dessin animé Coraline va profiter un moment de cet endroit avant de commencer à avoir des doutes, hors ici ces mêmes doutes viendront nettement plus vite à elle, tout étant un peu trop faux dans cet ersatz d'appartement.
C'est donc assez rapidement qu'elle quittera ses faux père et mère dans l'intention de retrouver ses vrais parents de l'autre coté.

Hélas pour elle ses vrais parents semblent avoir disparut du monde réel et c'est à contre cœur que la petite fille va retourner dans le monde de l'autre mère pour les retrouver et les ramener avec elle.

Ce livre, pas si terrifiant que ça, semble à première vue d'avantage convenir à un public plus jeune. Malgré tout, je pense qu'il est possible de passer un agréable moment en sa compagnie tout en étant plus âgé. Moi je ne me suis pas ennuyée à sa lecture.
L'écriture est fluide, il n'y a pas véritablement de temps mort, on va de suite à l'essentiel. Ce n'est pas désagréable. Même s'il est vrai qu'une intrigue plus poussée n'aurait pas fait de mal.
De plus, m'attendant à un livre non destiné aux enfants j'ai vibré jusqu'au dernier mot du dernier chapitre dans l'attente d'un éventuel retournement de situation qui aurait tout fait basculer.
Arrive t-il ou non? Ça je ne vous le spoilerais pas ;)

Points forts : Une histoire sympa avec un conflit entre notre monde et un monde plus ou moins imaginaire ou du moins alternatif. Se lit très vite (mais ça peut aussi être un point négatif).
Points faibles : De temps en temps on ressent quand même que le livre s'adresse aux plus jeunes. Mais tant que l’âme d'enfant du lecteur n'est pas totalement morte je pense que ce n'est pas vraiment un problème.
Nombre de tomes : Un seul.

Posté par kobaitchi à 20:36 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


08 novembre 2013

World War Z la guerre des Zombies (Intégrale) - Max Brooks

World War Z Brooks

Au début des grandes vacances je vous avais dis sur la page Facebook du blog que je faisais partie des gagnants de l'appel à lecteurs de MyBOOX pour l’intégrale Max Brooks. Vous savez, World War Z, Le guide de survie en territoire Zombie, tout ça. Et vers fin aout, début septembre j'ai enfin eu le précieux livre entre les mains.
Je l'ai dévoré moins vite que je ne l'aurais souhaité, moins vite qu'un zombie n'aurait dévoré un humain en tout cas, par manque de temps et non d’intérêt, mais ça y est! Je suis enfin en mesure de vous en faire un rapport!
Alors c'est partit.

Quatrième de couverture

World War Z La guerre des zombies a eu lieu, manquant d’éradiquer l’humanité. Le narrateur, en mission pour l’ONU, a parcouru le monde pour rencontrer, dans des cités en ruine et dans les territoires les plus inhospitaliers de la planète, les survivants de ces années apocalyptiques.

Closure, Limited et autres histoires de zombies Quatre nouvelles inédites en France, précédées d’une introduction de Max Brooks : « Closure, Limited, une histoire de World War Z », « Steve et Fred », « Le Carnaval de l’extinction », « La Grande Muraille : une histoire de la guerre des zombies ».

Le Guide de survie en territoire zombie Ne prenez pas à la légère votre bien le plus précieux : votre vie. Proposant des exemples précis et des astuces reconnues par des experts de renommée internationale, ce guide contient toutes les clés pour survivre aux hordes de morts-vivants.

Ce que j'en ai pensé

Si vous avez vu le film tiré du bouquin, que vous l'avez aimé et que vous avez envie de le retrouver dans ce livre... Oubliez cette idée immédiatement! Le film est divertissant mais quand même régulièrement grotesque. Et surtout, même si le livre se compose de ce qu'on pourrait qualifier de petites nouvelles traitant toutes de la guerre zombie mais vue par des dizaines et des dizaines de protagonistes différents, en fait le personnage de Brad Pitt s’avère n'être aucun d'eux. Ce n'était pourtant pas le choix qui manquait!

Définitivement le livre est plus passionnant et complet que le film, ça il n'y a pas photo. On démarre avec le rapport d'un officier de l'ONU qui a pour travail de réunir les témoignages de plusieurs survivants, certains ayant joués un rôle primordial dans la guerre désormais terminée contre l'envahisseur dévoreur, d'autres étant d'avantages des troufions presque de base, des hommes et des femmes ayant combattus comme tant d'autres mais ayant eu plus de chance que les nombreux morts qu'à fait cette guerre sans précédant.
Toutes les nouvelles sont écrites sous la forme d'interview/reportage où le narrateur se contente de poser une ou deux questions et d'écouter, tout comme nous, les réponses qui sont formulées par les survivants, leurs anecdotes, leurs regrets, leurs secrets jusqu'à lors cachés.

A travers toutes ces petites histoires, classées chronologiquement, nous apprenons quels ont été les premiers cas référencés, ce que les dirigeants ont fait, ou on contraire n'ont pas fait, dans un premier temps, pour endiguer l’épidémie, pour la cacher au peuple. On voyage dans le monde entier, des bidons villes africains aux zones libres du Groenland, des pays émergents à ceux qui se sont effondrés, des iles surpeuplées  aux villes désertées, de la station spatiale internationale aux sous marins chinois... On découvre comment l'armée à fait pour tenir tête aux marcheurs, comment les civils ont survécus dans des forteresses en état de siège permanent, comment les hommes et les femmes de ce nouveaux mondes en ruines ont fait pour garder un semblant de santé mentale durant cette guerre unique en son genre.

J'ai aimé que dans ce livre, contrairement à ce qui se passe dans beaucoup d'histoires de zombies, l'armée et le gouvernement ne soient pas totalement dépassés dés les premiers instants. C'est vrai quoi, dans ce genre d'histoires le plus incroyable n'est finalement pas que les morts se réveillent pour nous mâchouiller les intestins après les avoir violemment arrachés à nos entrailles fumantes, mais bien qu'un pecnot sortit d'on ne sait ou ne se révèle être l'égal de Dieu en version zombie killer, alors que les hommes armés et entrainés de toutes les armées du monde, les vraies machines à tuer de notre temps, se font bouffer plus rapidement les uns que les autres. J'ai aimé aussi l'analyse à peine cachée sur notre civilisation moderne et décadente. Les comparaisons faites dans "Le carnaval de l'extinction", l'une des nouvelles de la seconde partie, "Closure, limited et autres histoires de zombies" et qui passeront à coup sur au dessus d'une partie du lectorat (une assez petite partie j'ose espérer), si elles ne sont pas franchement innovantes on au moins le mérite d'être amenée avec brio et justesse dans une nouvelle qui détonne par la nature de son conteur en comparaison aux autres (je ne peux vous en dire plus sous peine de vous spoiler méchamment).
Une autre des choses que j'ai aimée est l'absence d'un (super) héros qui vient et sauve tout le monde et qui devient éventuellement un martyre en mourant comme un con dans les dernières pages, le tout bien sur alors qu'il était au départ un parfait bad-boy ou un agent fédéral de 35 ans à la retraite. Non, ici nous avons des héros à échelle humaine, des lâches et des chanceux aussi, des hommes tout simplement, ce qui rend le récit humain et totalement crédible (même avec des zombies partout, oui oui.).

Alors, est ce que je recommande ce livre? Bien sur que oui! Aux geeks, parce que ce bouquins leur est un peu destinés bien sur, mais pas que. A tous ceux qui à un moment à la lecture de cet article se sont dit "tiens ça à pas l'air mal en fait". A ceux qui s’intéresse aux zombies, à la guerre, à la survie, aux histoires extraordinaires, mais surtout aux histoires bien racontées et à ceux qui ont envie de s'essayer à un style de narration assez peu utilisé.

Points forts : Une histoire prenante. Les avantages d'une histoires avec beaucoup de personnages (donc de nombreux points de vues) mais sans les inconvénients vu qu'on ne revient jamais sur un personnage passé (enfin sauf une ou deux exceptions mais c'est d'avantages pour parler de cette personne ou de ses accomplissements que pour la remettre au premier plan).
Points faibles : Certaines parties, et pas forcément celles auxquelles on pourrait penser de prime abord, sont vraiment surréaliste. Là on se dit juste "Toi tu crois trop en la bonté/la sagesse de certaines personnes..."
Nombre de tomes : Recueil comprenant 3 livres différents ainsi qu'une poignée de nouvelles inédites (4).

31 juillet 2013

1Q84 - livre 1 Avril-Juin - Haruki Murakami

Haruki Murakami 1Q84Après un mini sondage sur la page facebook où je vous demandais quelle critique vous souhaitiez parmi mes dernières lectures c'est 1Q84 qui a gagné, donc voilà ce que j'en ai pensé.

Quatrième de couverture

Entre l'an 1984 et le monde hypnotique de 1Q84, les ombres se reflètent et se confondent. Unies par un pacte secret, les existences de Tengo et d'Aomamé sont mystérieusement nouées au seuil de deux univers, de deux ères... Une odyssée initiatique qui embrasse fantastique, thriller, et roman d'amour, composant l’œuvre la plus ambitieuse de Murakami.

Ce que j'en ai pensé

Il semblerait de Murakami soit un auteur fort connu. Moi personnellement je n'en avais jamais entendu parler avant cette saga. Mais je ne regrette pas que ça ait été le cas, son écriture est agréable et j'envisagerais peut être d'autres de ses romans dans l'avenir.
Par contre j'ai un peu de mal à écrire un avis sur ce livre je dois bien l'admettre. Déjà il m'a fallu fort longtemps pour le lire, pas qu'il ne soit pas intéressant mais il faut bien admettre qu'en près de 550 pages il ne se passe pas grand-chose. Sur le coup je l'ai a peine remarqué, preuve que c'est tout de même fichtrement bien écrit, mais par après, à l'instant même, alors que je dois en donner un avis, je me rends bien compte que je n'ai pas grand-chose à en dire sans risquer le spoiler.

Au départ nous allons suivre la vie de Tengo, professeur et écrivain se cherchant désespérément en tant que tel. Ainsi que celle d'Aomamé, jeune instructrice dans un centre de fitness qui exerce également une seconde profession un peu à part pour une étrange vieille dame quand celle-ci le lui demande.
Rapidement Tengo va se voir offrir une mission un peu particulière par son éditeur, à eux deux ils ont découvert un récit écrit par une adolescente qu'ils pensent être un futur best-seller, le seul ennui étant qu'il n'est pas particulièrement bien écrit alors que l'histoire qu'il raconte est, elle, complétement fantastique. Et la mission qui est confiée à Tengo est de le réécrire, de faire de "La Chrysalide de l'air" l'excellente l'histoire qu'ils ont aperçue à la lecture du manuscrit de la jeune fille.
Cette jeune fille, Fukaéri, est quant-à elle un peu spéciale, elle parle peu, va droit à l'essentielle et son passé est assez trouble. Très vite Tengo se demande si elle a vraiment pu inventer cette histoire, s'il ne s’agirait pas plutôt d'une sorte d'autobiographie, mais les éléments surnaturels de l'histoire ne peuvent pas être réels eux aussi n'est-ce pas?

En parallèle l'histoire d'Aomamé suit elle aussi son court, des choses étranges se passent dans sa vie. Des détails dans la vie courante tel que le design des uniformes de police ou même des parties plus ou moins importantes de l'Histoire semblent avoir changé. La jeune femme ayant la tête fortement ancrée sur les épaules se demande comment elle a pu passer à côté de telles choses, elle s'interroge même sur sa santé mentale. Nous qui sommes au courant de l’existence du double monde avons compris depuis de nombreuses pages qu'elle est passée en l'an 1Q84 (personnellement j'ai même une hypothèse sur la façon dont elle pourrait faire marche arrière. Mais serait-ce vraiment une bonne chose? Les choses ont-elles pris la même tournure en 1984 que dans le monde parallèle? Y a t-elle toujours sa place après avoir changé le cours des événements en 1Q84?) mais elle il lui faudra une bonne moitié de livre pour en accepter l'idée et pour nommer elle-même ce nouveau monde. Néanmoins elle arrive quand même rapidement à cette hypothèse. Je connais plus d'une héroïne de romans à qui il aurait fallu bien plus de temps pour se poser les bonnes questions. mais bon c'est là aussi un peu le charme d'Aomamé, terre à terre mais ouverte d'esprit et intelligente.

Enfin, leurs deux histoires se passent, Tengo travaille dur sur la réécriture du livre de Fukaéri et Aomamé se prépare pour une nouvelle mission donnée par la vieille femme. Lentement, par très petites doses, l'auteur nous dévoile ce qui lie finalement nos deux protagonistes, un lien peut être trop empreint de romantisme adolescent d'ailleurs, mais bon il reste deux livres, on ne nous a peut-être pas encore tout dit.
Doucement aussi, l'histoire, qui jusque-là avançait très tranquillement, se met à accélérer, on apprend de nouvelles choses, sur le passé de Fukaéri entre autre, étrangement lié au présent d'Aomamé. Aussi, alors qu’honnêtement vu la vitesse moyenne de l’œuvre je ne m'attendais pas à ce que le thème soit abordé dans le premier livre, on en apprend d'un coup plus sur les little people, ces êtres dont on entend parler très souvent, ceux qui rendent "La Chrysalide de l'air" si particulière, ceux dont l'adolescente ne veut rien dire alors qu'elle est la seule à savoir qui ils sont.
Vraiment la fin s'emballe, et s'il m'a fallu pas loin de 2 mois pour lire le premier livre arrivée à la fin de celui-ci je n'avais qu'une envie : Entamer le second!
J’espère seulement que le  prochain tome gardera cette vitesse tout le long et pas seulement dans les dernières pages comme ce fut le cas ici.

Points forts : Des personnages entiers et crédibles. Une histoire originale. Pas mal de questions sont posées et la fin est habillement travaillée pour donner envie d'entamer le second volet.
Points faibles : Beaucoup de moments où il ne se passe finalement pas grand-chose. Le manque de sexe entre les bon protagonistes! (voilà c'est dit...)
Nombre de tomes : Terminé en trois tomes

24 avril 2013

Plastic Jesus - Poppy Z. Brite

plastic-jesus_couvJe reprends un peu ce blog en main. C'est que j'en ai lu des trucs depuis la dernière critique (surtout des mangas en fait) et il vaudrait mieux que j'en fasse rapidement des articles avant de les oublier un peu trop.

Donc je reprends avec mon dernier roman en date : Plastic Jesus de Poppy Z Brite

Quatrième de couverture

"J'ai toujours été convaincue que le monde aurait été meilleur si John et Paul avaient été amants. Bon, je sais qu'ils n'étaient pas gays. C'est un rêve. Je sais qu'il y a beaucoup de dingues des Beatles et que, parmi eux, il y en aura un pourcentage que ça va beaucoup énerver. Je n'y peux rien." Poppy Z. Brite

Imaginez l'histoire qui eût été, si les deux leaders du groupe le plus fameux de tous les temps avaient consacré leur amour, non à leurs fans ou à leurs maîtresses, mais à eu mêmes... Poppy Z. Brite a toujours entraîné ses lecteurs là où ils n'auraient jamais cru aller. Dans Plastic Jesus elle démontre encore une fois que braver toutes les conventions est l'expérience la plus riche qui soit.

Ce que j'en ai pensé

Ce bouquin je le voulais depuis longtemps déjà, super longtemps, mais il était épuisé partout et souvent vendu (trop) cher en occase, ce qui fait que j'ai attendu jusqu'à il y a 2 ou 3 semaines pour enfin l’avoir entre les mains après l'avoir trouvé à un prix correct chez un vendeur Amazon.
Peut être est-ce cette longue attente qui m'en a fait vouloir plus que ce que ce livre ne pouvait donner, je ne sais pas. Mais quoi qu'il en soit je lai trouvé largement en dessous des autres romans de l’auteure que j'ai eu l'occasion de lire (Cadavre exquis, Sang d'encre, Âmes perdues, pour ne citer qu'eux).
Déjà il faut savoir que je suis née pas loin de 20 ans après la grande époque des Beatles et que par conséquent je n'ai jamais été une grande fan ni ne me suis sentie plus concernée plus que ça par leur histoire, c'est peut être pour ça que je n'ai pas accroché, et peut être qu'au fond cette histoire n'était pas faite pour moi, qu'elle s'adressait plus à des fans gardant la même frustration que Poppy.

Enfin, l'histoire, comme vous l'avez compris, raconte la montée sensationnelle d'un groupe de quatre jeunes types (Les Beatles donc, même si les noms des personnages sont différents il s'agit bel et bien d'eux) qui voient le succès  leur sourire et dont deux d'entre eux finiront par partager plus que leur passion de la musique. Grâce à cela, et surtout grâce à leur popularité, ils changeront un peu le monde, ouvriront les esprits et aiderons à leur façon la cause homo, en pleine révolution à l'époque.

Bon alors, bien sur on sait tous comment ça fini, d'ailleurs c'est même par cet événement que le roman (ou la nouvelle? parce que c'est quand même vachement court) commence, la mort de Seth (enfin John, mais dans l'histoire il est devenu Seth, vous suivez toujours hein?). Ça non plus je n'ai pas vraiment aimé. Au départ en tout cas, après on s'y fait, mais l'histoire est tout de même trop vite racontée que pour qu'on ai le temps d'oublier la mort prématurée de l'un des deux protagonistes et pour en venir à espérer une fin différente de celle que l'ont va pourtant trouver inéluctablement vu qu'on l'a déjà lue. Je ne sais pas si ça vous a déjà fait ça à vous quand vous lisez? A moi bien.
Ici le sujet semble tout juste survolé, on s'attache à peine aux personnages et on ne ressent même pas l'attachement passionné qu'ils sont censé avoir l'un pour l'autre
Finalement j'ai plus eu l'impression de lire une fanfict qu'une histoire à la Brite. C'est dommage, c'est la première fois que je suis déçue par cette auteure qui a pourtant su se hisser dans mon palmarès après la lecture d'un seul de ses romans.

Au niveau des "bonus" on trouve, disséminés au fils des pages, quelques dessins représentant l'action en court fait par Poppy elle même. On ne peut pas dire qu'ils soient mémorable mais je suis sur qu'en couleur ils devraient avoir de la gueule. A la fin il y a aussi une quinzaine de page d’interview tirée d'un autre livre, Coupable, qui est une sorte de recueil d'essais, chronique, etc, concernant l'auteure. Comme je possède aussi ce recueil et que j'ai bien l'intention de le lire un jour j'ai fait l'impasse sur ce bonus, je ne peux donc pas vous en dire beaucoup plus.

Donc en définitive je ne conseille vraiment pas de commencer à lire du Z Brite avec ce livre, il n'est  pas à la hauteur de ses autres titres (dont j'essaierais de faire une critique élogieuse un de ces jours). On ne peut pas dire qu'il soit mauvais non plus, mais vu la difficulté pour se le procurer à un prix correct je voit difficilement comment ne pas être au moins un peu déçu. (Plus encore si on l'a acquit à prix d'or).

Point fort : Se lit vite
Points faibles : Le manque de détail, d'attachement au personnages. L'impression de lire une fanfict.
Nombre de tome : 1

 

17 février 2013

La Dernière Guerre tome 1 - 49 jours - Fabrice Colin

49 jours Fabrice Colin49 jours. Ce livre on me l'a offert pour Noël, je l'avais ajouté à ma liste à cause du résumé, sans avoir lu la moindre critique à son sujet avant.
Et si j'ai tant tardé à le commencer c'est uniquement parce que j'ai tardé à terminer celui que je trainais depuis avant le réveillon.

Alors, qu'en dire?  Tout d'abord voici le résumé qui m'avait tant accroché :
« Je m appelle Floryan ; j ai 17 ans. Il y a quelques jours, je suis mort : un attentat dans le métro. Je me suis réveillé dans un paysage de plaines et de montagnes, somptueux, qui s étendait à perte de vue. Un être de lumière m a accueilli, un Elohim , m a-t-il dit. Il m a proposé deux solutions : je le suivais soit dans le Royaume un paradis, selon lui, mais que je n étais pas autorisé à voir avant de m y rendre , soit dans le Nihil, un gouffre gigantesque menant vers... Vers quoi ? C est là toute la question. Je ne sais rien du Nihil, j ignore tout du Royaume, et j ai 49 jours, pas un de plus, pour prendre une décision. Le problème, c est que ce choix n engage pas que moi... »

Et puis mon avis, à chaud, à très chaud même, puisque j'ai refermé le livre il y a moins d'une demi heure.
Tout d'abord, et contrairement à certains bouquins, on se retrouve directement dans l'action. Un rapide prologue nous en apprend plus sur les circonstances de la mort de Floryan. S'il avait été plus long il y aurait eu un risque pour que je décroche, de peur d'avoir affaire à un pur roman pour ado. Car, et oui, Floryan de son vivant n'était pas vraiment le genre de personnage dont j'aurais aimé suivre les aventures.
Oui mais justement, (et heureusement?) Floryan est mort! Et sa mort se révèle très vite passionnante. Les chapitres se lisent vite, l'action avance sans se presser mais sans se trainer non plus. La première moitié du roman se lit facilement, on découvre Landerost, le Nihil, l'ichor et ses dérivés. On sent qu'il se trame des choses pas nettes et on apprécie le coté rebelle de Floryan, même si on regrette aussi qu'il ne le soit pas encore plus par moment.
On rencontre de nouveaux personnages, Scarlett, Thaleane, Stark, Heng et les autres. On se dit qu'un adulte comprendrait qu'ils ont un secret, qu'ils ne sont pas tout à fait honnête, sauf que notre héros n'a que 17 ans ne l’oublions pas, ils est encore un peu naïf, il hésite.
Et au fond il a peut être raison.

Puis vers la moitié de l'histoire, tout se précipite, Floryan désobéit une fois de plus et les événements s'enchainent. On se retrouve partagé entre deux mondes, deux réalités, et on veut les voir avancer toutes les deux. Ce qu'elles font d'ailleurs. A partir de ce moment là on est prit au piège et il devient vraiment très difficile de reposer son livre.

D'ailleurs quand les dernières pages se profilent on ne peut que le regretter. Un second tome est prévu bien sur mais aucune date de publication n'est encore avancée.
Et puis honnêtement j'avais un peu peur que les dernières pages ne se déroulent exactement comme elles l'ont fait. J’appréhende un peu le tome 2 maintenant. J'aurais préféré être réellement surprise par la fin, qu'elle ouvre une porte toute différente de celle à laquelle j'avais pensé, ou tout au moins qu'elle en choisisse une autre parmi celles que mon esprit avait façonnées.

Alors oui j’achèterais probablement le tome 2 dés sa sortie, parce que l'histoire est tout de même très prenante et que j’espère qu'il sera à la hauteur du premier, mais avec malgré tout une petite pointe d'appréhension à cause de la direction prise qui n'est pas celle que j'avais espéré.

Point fort : Aucun temps mort ou presque - Écriture agréable - Histoire originale
Point faible : La fin (mais qui pourrait se transformer en point fort dans le tome 2, allez savoir)
Série prévue en deux tomes

10 février 2013

Harcèlement Textuel - On va vous [en] faire baver

Ceux qui me connaissent le savent, et ceux qui ne me connaissent pas, c'est pas grave ils vont l'apprendre, j'ai déjà un blog!
Alors pourquoi un deuxième? Et pourquoi Harcèlement Textuel?

Je vais répondre point par point ce sera plus vite fait.
Alors pourquoi un second blog? Tout simplement parce que j'ai remarqué que mes petites critiques de bouquins sur le premier n’intéressent pas grand monde parmi mes habitués, et que ceux qui pourraient être intéressés ne vont, à priori, pas venir chercher ces informations là sur un blog aussi généraliste que le mien.
Hors il y a aussi le fait que j'ai un paquet de bouquins au compteur et que je trouve dommage de n'avoir aucune trace d'eux si ce n'est dans mon esprit. Parfois j'ai envie d'en relire un mais quand je vois ma PAL (pile à lire) je me dis que c'est dommage de relire un livre que je connais alors que j'en ai plusieurs inconnus qui m'attendent, dont certains depuis plusieurs mois. Alors je me dis que si j'écris quelques lignes sur chacun d'entre eux je pourrais venir les relire n'importe quand et ce sera un peu comme les reparcourir, mais rapidement.
Donc un second blog me semblait une bonne alternative au problème, si on peut qualifier cela de problème.

Aussi, pourquoi un titre comme harcèlement textuel? Tout simplement parce que le jeu de mot m'a amusé, faut pas chercher plus loin. Je pourrais, vous aussi, mais franchement ce n'est pas indispensable. Les explications les plus simple sont parfois les meilleurs.

Et à la question pourquoi Harcelemot en adresse? je répondrais simplement que harcèlement textuel était de 2 caractères trop long pour Canalblog.J'ai donc contracté les deux.

HT est aussi le nom d'un obscure groupe de rap vraiment mauvais, mais comme leur dernier (et premier?) album semble remonter à 2002 je me dis qu'ils doivent être mort (musicalement parlant), donc ça ne doit pas être trop grave si j'utilise le même nom qu'eux.

Donc voilà, d'ici peu, quand l'habillage sera parfaitement terminé, je posterais un véritable article et on pourra commencer sérieusement =)

9-Bookshelf-Designs
(Designer: Jongho Park)