16 mai 2013

Samidare - Satoshi Mizukami -T1 [CONCOURS! Gagnez le manga, un poster et un marque page] STOP

samidare-lucifer-and-the-biscuit-hammer-t1Il y a quelques jours j'ai reçu ma seconde commande Point Manga. Ça faisait longtemps que j'avais envie de commander à nouveau chez eux et vu qu'ils ont refait leur offre magazine de prépublication j'en ai profité. Mais bon, ça je vous en parlerais plus en détails dans un prochain article car aujourd'hui je veux surtout vous parler d'un des mangas que j'ai acheté à l'occasion de cette commande.

Samidare, Lucifer & the biscuit hammer est un manga de type shonen dont j'ai beaucoup entendu parler ces dernières semaines, et comme il était en promo à l'occasion de sa nouvelle jaquette version apocalypse je me suis dis "pourquoi pas"

Quatrième de couverture

Yûhi Amamiya est un étudiant tout ce qu'il y a de plus ordinaire ou presque… Un matin, il se retrouve nez à nez avec Lord Noy Crezent, un lézard doué de parole qui lui demande de devenir son Maître-Chevalier et accessoirement de sauver la terre d’une terrible menace !
Mais cela serait d’une banalité crasse s’il ne fallait, en plus, aider la Princesse Samidare (sa voisine en fait) en lui jurant loyauté et obéissance (rien que ça !!). Mais quel est donc l’objectif secret de la jeune fille ?!


Ce que j'en ai pensé

Tout le monde semble en parler comme d'un manga très adulte, limite seinen, et peut être que ça apparait d'avantage dans les prochains tomes mais pas trop dans celui ci.
Bon d'accord la trame est un peu différente de celle que l'on croise habituellement dans ce genre d'histoire, Yûhi ne saute pas vraiment de joie à l'idée d'avoir été choisit pour sauver le monde et encore moins à celle de devoir risquer sa vie pour le faire. Il refuse même ce poste plus d'une fois malgré l'insistante de Noy qui ne le lâche pas d'un pouce.
Et puis il y a la princesse à protéger... Enfin, a t-elle vraiment besoin d'être protégée cette gamine experte en karaté? Rien n'est moins sur et ce sera plutôt même à elle de voler au secourt d'un Yûhi qui ne maitrise vraiment pas très bien le pouvoir de télékinésie dont lui à fait don Noy le lézard. Pouvoir qui ne s’avère pas super utile non plus vu qu'il utile la force de son porteur et que celui ci... est assez limité de ce coté là.

L'histoire n'en reste pas moins intrigante et les personnages s’avèrent être tous plus fous les uns que les autres. Yûhi a un passé assez sombre qui le pourchasse et qui le rendrait limite psychotique. D'ailleurs il n'acceptera finalement d'aider Samidare et de se mettre à son service que quant-elle lui avouera ses véritables intentions. Qui s’avéreront ne pas être super pacifistes en fait...
Alors oui, finalement, si les prochains tomes continuent sur cette lancée le titre risque de devenir plus adulte qu'adolescent. Mais pour cela de nombreux codes du shonen devront encore être abandonnés.

Points forts : L'humour. Le potentiel psychologique des personnages (à voir si ce sera bien exploité dans l'avenir)
Points faibles : Les nombreux "plans culottes" typiques des mangas pour garçons et qui décrédibilisent l'ensemble de l’œuvre, qui aurait pourtant tendance à tirer régulièrement vers l'histoire pour adulte mais qui se voit systématiquement renvoyée au statut de mangas pour étudiants en mal de copines. Les dessins parfois très simplistes et bof (mais ça c'est une question de préférence).
Nombre de tomes : Série terminée en 10 tomes. 6 disponibles actuellement en français.

Mix Samidare t1



Et, comme promis, pour fêter ce dixième article (ah comme le hasard fait bien les choses!) je vous propose de vous faire votre idée par vous même en vous faisant gagner le tome 1 de Samidare "Lucifer and the biscuit hammer" ainsi qu'un poster et un marque page aux couleurs de ce manga.


Pour cela je vous demande juste de laisser un commentaire sous cet article, de partager le concours sur minimum un réseaux au choix (FB, Twitter, Pinterest, blog, etc) et de me laisser le lien dans votre commentaire pour que je puisse vérifier (en public sinon je ne saurais pas le voir).

Vous pouvez aussi aimer ma toute nouvelle page facebook (pas obligatoire mais ça me ferait plaisir) ainsi que ma page Hellocoton (pareil).

Le concours commence tout de suite et prendra fin le 26 mai à minuit.
Tout le monde peut participer quel que soit son pays de résidence ou son age.


Alors bonne chance à tous! =)

 

 


 

Edit du 27/05 : Mister Random a choisit et la gagnante est le numéro 6 : O²
Félicitations! J'attends tes coordonnées par mail (via contact ou en réponse au mail de confimation que je t'avais envoyé)

 

sami 6

 


15 mai 2013

Fight Girl (Oresama Teacher) - Izumi Tsubaki - Tome 1

fight girl izumi tsubakiÇa faisait longtemps que je voulais vous parler de ce manga qui fait partie de mes favoris depuis quelques années déjà.

Je commence en toute logique par vous présenter le premier tome, même s'il date de 2011 et que de nombreux autres ont suivit, parce que mine de rien ben c'est le premier, puis c'est celui qui m'a fait accrocher et qui m'a rendue fan il y a déjà plus de deux ans.

Quatrième de couverture

Chef d’une bande de voyous, Mafuyu est renvoyée de son lycée suite à une violente bagarre. Promettant à sa mère de ne plus jamais se battre, elle intègre l’établissement privé Midoriagoka. Mais la veille de son arrivée, elle est confrontée à une rixe en pleine rue et sauve un jeune homme en danger... En danger, vraiment ? Ce dernier est en fait son professeur principal : un brin sadique, il va forcer Mafuyu à continuer de se battre ! Quelles sont les raisons de son comportement tyrannique?

Ce que j'en ai pensé

Rien que pas son résumé on est tenté de croire que ce manga n'a rien à voir avec les shojos de bases, et malgré sa couverture toute rose qui pourrait rebuter le lecteur pas fan de ce genre d'histoires le premier tome n'en reste pas moins attrayant. On en commence donc la lecture avec un certain espoir, priant presque pour ne pas avoir placé la barre trop haut, car ils sont nombreux ces mangas qui avaient l'air géniaux à première vue et qui ce sont finalement révélés pas fameux. On espère donc, et c'est bien légitime, que celui ci n'ira pas rejoindre ses pairs dans la catégorie "Ça aurait pu mais non..."

Heureusement bien vite nos quelques craintes s'estompent, dés les premières pages nous faisons connaissance avec Mafuyu Kurosaki, une héroïne très très éloignée des héroïnes de base.
Déjà Mafuyu n'est pas kawaii*, elle n'a pas de grands yeux humides et niais comme beaucoup de ses homologues. C'est un garçon manqué, elle est un peu idiote, mais pas nunuche, non juste un peu stupide, elle regarde méchamment, elle gueule, elle bave, elle veut se faire passer pour une fille (de bonne famille) mais ne peut empêcher sa vraie nature de délinquante de prendre le dessus. Malgré cela elle est aussi attachante, amusante et persévérante. C'est une battante (au sens propre comme au figuré) au cœur tendre qui devrait réussir à faire battre le votre.

Avec ce premier tome on découvre Mafuyu dans sa nouvelle vie. Une jeune fille de bonne famille qui doit se débrouiller pour vivre seule donc. Et surtout qui doit éviter les ennuis et les bagarres à tout prix (de plus ou moins nombreux flash-backs nous expliquent d'ailleurs pourquoi). Mais tout cela c'était sans compter sur sa rencontre avec Takaomi le soir même de son emménagement. Takaomi c'est un jeune homme qui semblait bien mal embarqué avec une bande de petits racketteurs que notre héroïne mettra rapidement en fuite. Geste qu'elle ne mettra pas longtemps à regretter vu la manière dont elle en sera remerciée et aussi... Vu que le fameux jeune homme s’avérera n'être personne d'autre que son prof principal, qui pour une raison encore inexpliquée la poussera à se battre contre son gré. Encore et encore.
Attention, là à lire ceci on pourrait se dire qu'on va s'embarquer dans une histoire très louche mais rassurerez vous ce ne sera pas le cas. Du tout, du tout!

Le lendemain, lors de sa première journée de cours, Kurosaki rencontrera un autre garçon, un certain Hayasaka, un délinquant lui aussi, enfin à peut près, mais aussi un élève brillant, qui passera les premiers temps de l'histoire à la fuir, ou du moins qui essayera. En vain. Et qui s’avérera un allié de poids dans l'avenir. Sauf qu'Hayasaka doit à tout prit ignorer le coté bagarreur de Mafuyu, comme toute l'école d'ailleurs, sinon elle risquerait le renvoi.
C'est donc ainsi que notre jeune héroïne, avec l'aide de son maitre d'arme professeur, va se créer une seconde identité et qu'elle deviendra... Super Lapinou! Une super lapine défenseure des élèves de l'école Midorigaoka.
A partir de là ses bonnes résolutions vont partir en fumée, elle découvrira pourquoi Takaomi semble si bien la connaitre et elle tentera même de remettre Hayasaka sur le droit chemin...

Points forts : La mère de Kurosaki. Elle apparait peu mais elle apparait bien et c'est le genre de maman dont on rêve tous... ou pas! Mais moi je me vois bien devenir comme elle quand je serais plus vieille. Puis l'ensemble de tout les personnages, qui sont tantôt hilarants, tantôt attachants, tantôt sadique... Le dessin aussi, l'auteur joue avec les codes classique du manga shojo et les fait tomber les uns après les autres;  de grands yeux humides dans une case? Dans la suivante ils seront blasés. Une trame avec des fleurs?  Exit la romance, amusons nous plutôt. Etc, etc.
Points faibles : Le fait de devoir attendre avant de pouvoir lire le tome 2 (du moins quand je l'ai acheté. Si vous vous l'achetez maintenant vous aurez juste à attendre votre prochaine virée à la fnac (ou la réception de votre commande)). la couverture toute abimée? Ah non ça c'est juste pour mon exemplaire, preuve qu'il a été lu, relu, encore lu et toujours relu...
Nombre de tomes : 11 (en cours)
Ça semble évident mais bien sur je conseille (beaucoup beaucoup beaucoup!)

Mix Fight Girl 1

*Mignonne

29 avril 2013

Les Folies Bergère - Zidrou - Porcel

Cet article a déjà été publié sur mon blog principal vu que je m'étais inscrite à cette action avec celui là, mais comme le blog de lecture c'est quand même celui ci je recopie l'article ici, sans rien y changer parce que bon voilà quoi. 

 

Folies BergeresLa semaine dernière (ou peut être celle d'avant?) j'ai reçu le livre gracieusement offert par Priceminister (rappelez vous, j'en avais parlé) et je crois qu'il est plus que grand temps que je vous en parle!

Alors déjà la sélection proposée par le site me mettait bien l'eau à la bouche et j'ai eu un peu de mal à faire mon choix. Mais bon tant qu'à faire, et comme ce n'est quand même pas tout les jours qu'une grande enseigne m'offre quelque chose, j'ai décidé de jeter mon dévolu sur un livre qu'à priori je n'aurais pas acheté de moi même.
C'est donc comme ça que je me suis retrouvé avec l'imposant "Les Folies Bergère" dans ma boite aux lettres.
Imposant parce que plus fournit qu'une BD ordinaire (92 pages), une couverture plus épaisse, environs 2 cm plus haut et plus large aussi. Pour un peu il se classerait plus dans les "Beaux livres" que dans les BD.

Mais pourquoi Les Folies Bergère plutôt qu'un autre? Parce que j'ai aimé sa couverture.
Oui je sais c'est un peu mince comme raison (contrairement au bouquin). Bon j'ai quand même survolé le résumé (très survolé d'ailleurs, parce j'avais compris que l'histoire se passait après la guerre, pas pendant.) mais j'ai surtout accroché à la couverture, et pour ceux qui se poserait la question, non les dessins à l’intérieur ne sont pas du même acabit. Pas qu'il soit d'une moins bonne qualité non, mais plutôt plus réglementaire je dirais.

Maintenant que j'ai expliqué les raisons de mon choix venons en au résumé.
Sur la quatrième de couverture on peu lire : "A la fin de la Guerre - parce que faudra bien qu'elle se termine un jour, hein! - on s'est tous juré d'aller fêter ça aux Folies Bergère, à Paris. C'est pour ça, le nom"
Et si je devais en donner un résumé un peu plus concret, sans spoiler, je dirais que c'est l'histoire d'un bataillon, de pauvres types coincés dans les tranchées et qui rêvent du jour où la guerre prendra enfin fin. C'est l'histoire d'un miracle aussi ou peut être même de deux. Je dirais aussi que les miracles ne peuvent pas durer toujours, même dans les histoires, surtout dans ce genre d'histoire. Et puis c'est l'histoire du courage des hommes, de leur lâcheté et de leur folie à la fois. Une histoire à hauteur humaine tout simplement. Une histoire qui ne creuse pas vraiment plus, et encore qu'elle a le mérite de poser la question de l'(in)utilité de ceux qui, pour une raison ou une autre, ne participent pas à la guerre. De ceux, trop jeune, trop vieux, trop "autre", qui doivent vivre pendant que d'autres meurt. Qui se trouvent des excuses ou qui se déculpabilisent en accusant les autres. De ceux qui voient, de loin ou de près, mais qui ne peuvent rien. A part peut être quelques infimes choses qu'ils sont en fait les seuls à pouvoir faire. Des hommes ordinaires qui font des choses ordinaires dans une guerre qui ne devrait pas devenir ordinaire.

D'un point de vue plus graphique maintenant, tout est en sépia, ce qui donne l'impression quasi perpétuelle de regarder de vieilles cartes postales et qui convient particulièrement bien à une histoire se déroulant en 17-18. Seul certains détails apparaissent parfois colorés, généralement en rouge. Le sang, une trace de rouge à lèvres, les peintures sur la palette du peintre, les lèvres des filles de joie...
Malheureusement ce style + ces couleurs + les uniformes et les nombreux personnages secondaires peuvent parfois porter à confusion et on est parfois un peu perdu, ne sachant plus exactement qui est qui. Malgré cela on ne peut que lire assez rapidement cette histoire aux personnages imparfait.Parfois plus pour ne pas oublier ce qui vient de se passer, mais aussi, et surtout, parce que l'on veut savoir ce que vont devenir nos poilus.

J'avoue que la fin m'a surprise, et est arrivée très vite aussi, mais bon on est pas dans un manga non plus, l'espace est plus réduit. Et même si je ne suis, à priori, pas le lecteur type à qui est destinée cette BD elle m'a bien plus. Je continue de penser que je ne l'aurais pas achetée de moi même mais je ne regrette pas du tout mon choix et je suis sur que je la relirais dans quelques temps, ne serait ce que pour m'assurer que je n'ai rien sauté à la première lecture.

Et finalement, comme Priceminister me demande une note sur 20 la voici :
Couverture : 20/20
Dessins :  15/20
Histoire : 16/20
Donc au total : 17/20

Aussi un tout petit détail, je pensais en recevoir une deuxième puisque j'ai parrainé au minimum Wiiizzz mais je n'ai eu "que" celui ci. Je ne sais pas si l'autre arrivera plus tard, s'ils étaient en rupture ou si j'ai simplement été oubliée. Enfin ce n'est pas très grave, je ne vais pas me plaindre non plus alors que j'en ai déjà eu un gratuitement ;)

24 avril 2013

Plastic Jesus - Poppy Z. Brite

plastic-jesus_couvJe reprends un peu ce blog en main. C'est que j'en ai lu des trucs depuis la dernière critique (surtout des mangas en fait) et il vaudrait mieux que j'en fasse rapidement des articles avant de les oublier un peu trop.

Donc je reprends avec mon dernier roman en date : Plastic Jesus de Poppy Z Brite

Quatrième de couverture

"J'ai toujours été convaincue que le monde aurait été meilleur si John et Paul avaient été amants. Bon, je sais qu'ils n'étaient pas gays. C'est un rêve. Je sais qu'il y a beaucoup de dingues des Beatles et que, parmi eux, il y en aura un pourcentage que ça va beaucoup énerver. Je n'y peux rien." Poppy Z. Brite

Imaginez l'histoire qui eût été, si les deux leaders du groupe le plus fameux de tous les temps avaient consacré leur amour, non à leurs fans ou à leurs maîtresses, mais à eu mêmes... Poppy Z. Brite a toujours entraîné ses lecteurs là où ils n'auraient jamais cru aller. Dans Plastic Jesus elle démontre encore une fois que braver toutes les conventions est l'expérience la plus riche qui soit.

Ce que j'en ai pensé

Ce bouquin je le voulais depuis longtemps déjà, super longtemps, mais il était épuisé partout et souvent vendu (trop) cher en occase, ce qui fait que j'ai attendu jusqu'à il y a 2 ou 3 semaines pour enfin l’avoir entre les mains après l'avoir trouvé à un prix correct chez un vendeur Amazon.
Peut être est-ce cette longue attente qui m'en a fait vouloir plus que ce que ce livre ne pouvait donner, je ne sais pas. Mais quoi qu'il en soit je lai trouvé largement en dessous des autres romans de l’auteure que j'ai eu l'occasion de lire (Cadavre exquis, Sang d'encre, Âmes perdues, pour ne citer qu'eux).
Déjà il faut savoir que je suis née pas loin de 20 ans après la grande époque des Beatles et que par conséquent je n'ai jamais été une grande fan ni ne me suis sentie plus concernée plus que ça par leur histoire, c'est peut être pour ça que je n'ai pas accroché, et peut être qu'au fond cette histoire n'était pas faite pour moi, qu'elle s'adressait plus à des fans gardant la même frustration que Poppy.

Enfin, l'histoire, comme vous l'avez compris, raconte la montée sensationnelle d'un groupe de quatre jeunes types (Les Beatles donc, même si les noms des personnages sont différents il s'agit bel et bien d'eux) qui voient le succès  leur sourire et dont deux d'entre eux finiront par partager plus que leur passion de la musique. Grâce à cela, et surtout grâce à leur popularité, ils changeront un peu le monde, ouvriront les esprits et aiderons à leur façon la cause homo, en pleine révolution à l'époque.

Bon alors, bien sur on sait tous comment ça fini, d'ailleurs c'est même par cet événement que le roman (ou la nouvelle? parce que c'est quand même vachement court) commence, la mort de Seth (enfin John, mais dans l'histoire il est devenu Seth, vous suivez toujours hein?). Ça non plus je n'ai pas vraiment aimé. Au départ en tout cas, après on s'y fait, mais l'histoire est tout de même trop vite racontée que pour qu'on ai le temps d'oublier la mort prématurée de l'un des deux protagonistes et pour en venir à espérer une fin différente de celle que l'ont va pourtant trouver inéluctablement vu qu'on l'a déjà lue. Je ne sais pas si ça vous a déjà fait ça à vous quand vous lisez? A moi bien.
Ici le sujet semble tout juste survolé, on s'attache à peine aux personnages et on ne ressent même pas l'attachement passionné qu'ils sont censé avoir l'un pour l'autre
Finalement j'ai plus eu l'impression de lire une fanfict qu'une histoire à la Brite. C'est dommage, c'est la première fois que je suis déçue par cette auteure qui a pourtant su se hisser dans mon palmarès après la lecture d'un seul de ses romans.

Au niveau des "bonus" on trouve, disséminés au fils des pages, quelques dessins représentant l'action en court fait par Poppy elle même. On ne peut pas dire qu'ils soient mémorable mais je suis sur qu'en couleur ils devraient avoir de la gueule. A la fin il y a aussi une quinzaine de page d’interview tirée d'un autre livre, Coupable, qui est une sorte de recueil d'essais, chronique, etc, concernant l'auteure. Comme je possède aussi ce recueil et que j'ai bien l'intention de le lire un jour j'ai fait l'impasse sur ce bonus, je ne peux donc pas vous en dire beaucoup plus.

Donc en définitive je ne conseille vraiment pas de commencer à lire du Z Brite avec ce livre, il n'est  pas à la hauteur de ses autres titres (dont j'essaierais de faire une critique élogieuse un de ces jours). On ne peut pas dire qu'il soit mauvais non plus, mais vu la difficulté pour se le procurer à un prix correct je voit difficilement comment ne pas être au moins un peu déçu. (Plus encore si on l'a acquit à prix d'or).

Point fort : Se lit vite
Points faibles : Le manque de détail, d'attachement au personnages. L'impression de lire une fanfict.
Nombre de tome : 1

 

16 mars 2013

48h de la BD : 100 000 BDs offertes dans toute la France! (sans obligation d'achat)

Bonsoir, bonsoir,


Il y a plusieurs livres dont j'aimerais vous parler, j'ai aussi acheté pas mal de mangas ces dernières semaines et il me tarde d'en faire des critiques. J’espère avoir le temps ce weekend d'en faire au moins une petite partie (weekend chez belle maman et longues soirées télé en perspective alors que j'ai horreur de ça. C'est vraiment grossier de prendre mon PC sur mes genoux et de ne pas prêter attention aux vieux films pas super intéressant qui seront diffusés, dites?).
Donc voilà.

Au lieu d'un article "avis" je viens juste vous faire part d'un super bon plan. Bon juste pour les français, mais un super plan quand même.

Les 5 et 6 avril 100 000 BDs seront offertes à l'occasion de la première édition des 48h de la BD.

48h BD



Les BD proposées sont :

  • La nouvelle bande à Bamboo
  • Le Tueur
  • Pico Bogue : La Vie normale
  • Le Royaume : Anne (série vraiment génial, jolie et drôle que je ne peux que conseiller très très chaudement)
  • Pascal Brutal
  • Sienna
  • Secrets de Girlz
  • Ernest et Rebecca (dessins au comble du mignon. Super série pour les petits mais aussi, pourquoi pas, pour les plus grands)


Puis comme si ce n'était pas assez (et pour tout les pauvres étrangers dont je fais partie) le site propose aussi 1 BD parmi les 8 disponibles en téléchargement gratuit.
Vous avez le choix entre :

  • Les Profs
  • India Dream
  • Murena
  • Orbital
  • Les Bidochons
  • Lloyd Singer 
  • Vie de merde : Les premières fois
  • Miss Octobre

Alors personnellement je ne sais pas encore vers lequel penchera mon choix, plusieurs me font pas mal de l’œil. Je vous en reparle bientôt.
Aussi, il semblerait aussi que plusieurs auteurs profitent de ces deux journées pour dédicacer leur livres. On pourrait supposer qu'il s'agisse des auteurs des six livres offerts mais je n'en ai aucune certitude. En tout cas, pour les interessés, la liste sera disponible sur le site le 29 mars.

N’hésitez donc pas à partager et à en profiter surtout ;)

Toutes les infos et les librairies participantes se trouvent ici

 

 


02 mars 2013

Première commande chez Point Manga (article non sponsorisé)

Hello hello,
Je suis toujours en vie rassurez vous.

Aujourd'hui je voulais vous parler d'une toute nouvelle boutique en ligne : Point Manga
Ils ont ouvert le mois dernier, ce que j'ai aperçu du service clients est irréprochable, les prix sont alignés sur ceux d'Amazon et la livraison en France, Belgique et Suisse est gratuite dés 20€ (sinon c'est 2€).

De plus ils ont aussi décidé de gâter leur clients (c'est peut être juste pour l'ouverture donc ne tardez pas trop) en offrant un méga poster au choix dés 3 mangas achetés quel qu'ils soient. Et en cas d'achat de 3 yaoi ou yuri vous pouvez carrément choisir de recevoir un poster ou un magazine de prépublication japonais! (l'offre n'était pas encore dispo quand j'ai passé ma commande, bouhouhou).

Leur catalogue se compose des titres Ototo et Taifu, dont certains qui ne sont plus édités et qu'il est donc très difficile de trouver ailleurs.

Alors bien sur j'ai testé dés que j'en ai eu l'occasion et aujourd'hui je vous montre enfin ce que j'ai reçu.
J'ai reçu il y a une petite semaine déjà mais je n'étais pas en état d'écrire avant maintenant.

Donc bien sur il y a  les mangas achetés et le poster, vraiment plus grand que ce que je n'imaginais d'ailleurs.

Point Manga commande1
Mais aussi en supplément deux jolis marques pages, un super badge et un extrait d'un manga qui a l'air franchement pas mal.

Point Manga cadeaux
Donc vous l'aurez compris, je suis conquise! Et ma seconde commande ne saurait tarder.
Je ne peux aussi que vous conseiller d'aller y faire un tour, si vous vous intéressez aux mangas vous y trouverez forcément de quoi faire votre bonheur.

Posté par kobaitchi à 18:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 février 2013

Aisyù - Masara Minase (one shot)

aisyu masara minaseS'il y a autre chose que je lis en quantité, hormis les romans  dit "normaux", ce sont les mangas.
Et si j'ai commencé sur le tard, vers mes 16 ans, je me suis bien rattrapée par la suite, attendez vous donc à en voir passer pas mal par ici. Surtout qu'en plus il est beaucoup plus simple (et plus rapide) de relire un manga qu'un roman, je pourrais donc les reparcourir facilement avant d'en faire une critique, et donc toujours vous donner de l'info bien fraiche =)

Je vais inaugurer cette nouvelle catégorie (mais bon, tout est un peu nouveau ici) avec un manga acheté le mois passé. Un yaoi du nom de Aisyu.
Je crois que je l'ai acheté à cause de sa couverture un peu différente de celles qu'on voit d'habitude. Je crois, parce que, quand je l'ai trouvé au milieu de ma pile de bouquins perpétuelle qui se trouve à coté du lit, j'ai pensé "Tiens je l'ai rangé sans le lire?". Oui bon, rangé est un bien grand mot vu l'endroit où il se trouvait, je suis d'accord. Mais quoi qu'il en soit je ne me souvenais pas de lui, alors je l'ai ouvert, feuilleté et je me suis rappelée qu'effectivement il me disait quelque chose. Sauf que j'étais incapable de me souvenir comment il te terminait, ce qui n'était déjà pas très bon signe j'en conviens.

Donc je l'ai relu.
Et j'ai compris pourquoi il ne m'avait pas vraiment laissé un souvenir impérissable.

Le résumé pour commencer, Haneji Kaoru est un jeune étudiant qui bosse dans un café, un jour (c'est à dire à la seconde page) il voit entrer Jin Aragaki, vedette montante, acteur playboy au multiples conquêtes féminines, mais aussi ancien camarade de classe, et surtout grand amour d'Haneji. Ce dernier a d'ailleurs disparut de la vie de la célébrité juste après le lycée pour cesser de souffrir de cet amour à sens unique. Mais c'était sans compter le fait que Jin est un acharné et qu'il n'apprécie pas qu'on l'expulse de la sorte, il a donc retrouvé son ami, dans l'intention de refaire de lui ce gentil joujoux sexuel qui ne dit jamais non.
Mais si au fond il n'était pas si cruel que ça mais plutôt... Accro à Kaoru?

Alors, les dessins sont sympa mais sans plus, souvent raide d'ailleurs et même un peu inexpressifs par moment. Les personnages sont un peu trop simple à cerner, d'un coté on a Haneji, accro et incapable de résister à son amour pour Jin, de l'autre on a un type égocentrique qui a toujours eu ce qu'il voulait. C'est un peu trop simple, même si le comportement de l'un des deux changera au fils de la lecture. En plus il changera sans qu'on ne comprenne quoi que ce soit. Alors bon d'accord il s'agit d'un one shot et l'auteur ne pouvait pas non plus passer la moitié du livre à essayer de les mettre en place. Mais bon un minimum aurait quand même été agréable, surtout que d'autres ont réussit avant elle.
Comme je l'ai laissé sous entendre donc, l'histoire passe à toute vitesse, on a aucun point d'accroche, aucune explication sur le comportement bien souvent stupide et insensé des protagonistes. De plus, si Haneji prend parfois un peu d'assurance il n'en reste pas moins un petit uke rougissant assez agaçant.
Je n'ai pas envie de descendre complétement ce bouquin, parce que c'est tout de même loin d'être le plus mauvais que j'ai pu lire, mais j'ai un peu de mal à lui trouver un point positif... Ah si! Haneji et Aragaki sont quand même mignons et sympathiques dessinés en étudiants, du moins quand Aragaki n'a pas son regard de prédateur méprisant. Mais ce n'est que durant quelques flashback.

Ah oui, aussi, le tome comprend à sa fin une très courte nouvelle avec d'autres personnages, qui n'est hélas pas beaucoup plus intéressante que l'histoire principale.

Donc voilà, je n'aurais pas vraiment tendance à le recommander, sauf peut être à 1€ dans une foire aux livres, pour passer le temps sur le trajet du retour. A part ça, et pour le même prix il en existe une quantité d'autres bien mieux foutus.

Point fort : Je cherche toujours
Points faibles : A peut près tout le reste...
Nombre de tome : 1
Catégorie : Yaoi

Mix Aisyu

Posté par kobaitchi à 16:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

17 février 2013

La Dernière Guerre tome 1 - 49 jours - Fabrice Colin

49 jours Fabrice Colin49 jours. Ce livre on me l'a offert pour Noël, je l'avais ajouté à ma liste à cause du résumé, sans avoir lu la moindre critique à son sujet avant.
Et si j'ai tant tardé à le commencer c'est uniquement parce que j'ai tardé à terminer celui que je trainais depuis avant le réveillon.

Alors, qu'en dire?  Tout d'abord voici le résumé qui m'avait tant accroché :
« Je m appelle Floryan ; j ai 17 ans. Il y a quelques jours, je suis mort : un attentat dans le métro. Je me suis réveillé dans un paysage de plaines et de montagnes, somptueux, qui s étendait à perte de vue. Un être de lumière m a accueilli, un Elohim , m a-t-il dit. Il m a proposé deux solutions : je le suivais soit dans le Royaume un paradis, selon lui, mais que je n étais pas autorisé à voir avant de m y rendre , soit dans le Nihil, un gouffre gigantesque menant vers... Vers quoi ? C est là toute la question. Je ne sais rien du Nihil, j ignore tout du Royaume, et j ai 49 jours, pas un de plus, pour prendre une décision. Le problème, c est que ce choix n engage pas que moi... »

Et puis mon avis, à chaud, à très chaud même, puisque j'ai refermé le livre il y a moins d'une demi heure.
Tout d'abord, et contrairement à certains bouquins, on se retrouve directement dans l'action. Un rapide prologue nous en apprend plus sur les circonstances de la mort de Floryan. S'il avait été plus long il y aurait eu un risque pour que je décroche, de peur d'avoir affaire à un pur roman pour ado. Car, et oui, Floryan de son vivant n'était pas vraiment le genre de personnage dont j'aurais aimé suivre les aventures.
Oui mais justement, (et heureusement?) Floryan est mort! Et sa mort se révèle très vite passionnante. Les chapitres se lisent vite, l'action avance sans se presser mais sans se trainer non plus. La première moitié du roman se lit facilement, on découvre Landerost, le Nihil, l'ichor et ses dérivés. On sent qu'il se trame des choses pas nettes et on apprécie le coté rebelle de Floryan, même si on regrette aussi qu'il ne le soit pas encore plus par moment.
On rencontre de nouveaux personnages, Scarlett, Thaleane, Stark, Heng et les autres. On se dit qu'un adulte comprendrait qu'ils ont un secret, qu'ils ne sont pas tout à fait honnête, sauf que notre héros n'a que 17 ans ne l’oublions pas, ils est encore un peu naïf, il hésite.
Et au fond il a peut être raison.

Puis vers la moitié de l'histoire, tout se précipite, Floryan désobéit une fois de plus et les événements s'enchainent. On se retrouve partagé entre deux mondes, deux réalités, et on veut les voir avancer toutes les deux. Ce qu'elles font d'ailleurs. A partir de ce moment là on est prit au piège et il devient vraiment très difficile de reposer son livre.

D'ailleurs quand les dernières pages se profilent on ne peut que le regretter. Un second tome est prévu bien sur mais aucune date de publication n'est encore avancée.
Et puis honnêtement j'avais un peu peur que les dernières pages ne se déroulent exactement comme elles l'ont fait. J’appréhende un peu le tome 2 maintenant. J'aurais préféré être réellement surprise par la fin, qu'elle ouvre une porte toute différente de celle à laquelle j'avais pensé, ou tout au moins qu'elle en choisisse une autre parmi celles que mon esprit avait façonnées.

Alors oui j’achèterais probablement le tome 2 dés sa sortie, parce que l'histoire est tout de même très prenante et que j’espère qu'il sera à la hauteur du premier, mais avec malgré tout une petite pointe d'appréhension à cause de la direction prise qui n'est pas celle que j'avais espéré.

Point fort : Aucun temps mort ou presque - Écriture agréable - Histoire originale
Point faible : La fin (mais qui pourrait se transformer en point fort dans le tome 2, allez savoir)
Série prévue en deux tomes

13 février 2013

Le Trône de fer (tome 1) - George R. R. Martin

le trone de fer 1Pour cette première critique je voulais vous parler de mon dernier roman fini, A Game of Trones, ou en français Le trône de fer, tome 1 (intégrale).

J'aurais plusieurs choses à dire sur ce livre, et pour commencer que si vous venez de regarder la première saison de la série qui en a été adaptée il vaudrait mieux que vous reportiez un peu votre lecture au risque de potentiellement vous ennuyer. Parce qu'a part les très nombreuses scènes de sexe, qu'on ne retrouve pour la plupart pas dans le roman, la série est une des plus fidèle qu'il m’ait été donné de voir. Bon les acteurs sont aussi légèrement plus âgés que les personnages du livre mais ce n'est pas un mal, on aurait probablement eu un peu de mal à accrocher à une série dans laquelle un gamin de 15 ans à peine mènerait toute une armée à la guerre.

Donc oui, à première vue les personnages semblent tous un peu jeune, maintenant il faut resituer l'histoire, qui se passe dans un monde qui est un peu l'équivalent de notre Moyen Age, surnaturel et légendes en plus. Et à cette époque on attendait des enfants qu'ils grandissent plus vite que maintenant, donc finalement rien de si extraordinaire au fait de savoir se débrouiller à 8 ans et d'être fiancée à 12..

Je vais quand même ajouter un point à l'opposé de ce que je viens de dire, c'est que si vous n'avez pas vu la série, ou à moins d'avoir une excellente mémoire, vous risquez fort de vous perdre un peu parmi les très nombreux personnages. Les familles importantes, qui ne sont en plus pas encore toutes décrites dans ce tome 1, tout leur enfants, les hommes importants de leurs armées, les affinités entre eux, les allégeances, les trahisons... Toutes ces choses qui vous demanderont parfois de vous replonger quelques dizaines de pages en arrière pour être sur de n'avoir rien manqué. Il sera quand même plus simple d'avoir un visage à apporter à tout, ou au moins une partie, de ces différents protagonistes.
Vous pourrez aussi suivre leurs déplacements sur la carte fournie en fin de volume, personnellement j'ai trouvé ça très pratique même si les terres Dothrakis n'y sont pas représentées.


L'histoire en elle même n'est a priori pas ce que je recherche en général dans un bouquin, des intérêts politique, beaucoup, mais vraiment beaucoup de personnages, une guerre, des protagonistes auxquels on s'attache et qui vont obligatoirement devoir se retrouver face à face à un moment donné et se battre. Au départ donc ce n'est pas vraiment ce que je recherche, mais à coté de ça il y a tout ce coté mystérieux, ces choses surnaturelles, ce coté qui laisse penser que rien n'est véritablement impossible dans ce monde. Puis il y a ces personnages bien ficelés, crédibles et tantôt attachants tantôt détestable en tout points. Il y a les décisions qu'ils prennent, que l'on soutient ou qui nous énervent. Il y a cette envie d'être dans le roman avec eux, de les aider, de leur montrer leur erreurs.
Alors oui on se laisse facilement emporter (ou bien c'est moi?), peut être plus facilement encore quand on a pas vu la série, mais même en l'ayant vue la magie opère, et plus on avance plus l'histoire devient intéressante, plus elle est bien écrite (ou traduite en l’occurrence) aussi.
Parce que oui, si je doit donner un point vraiment négatif à ce livre ce sera la traduction! Par moment, il y a vraiment des phrases, des tournures, qui choquent, qui vont jusqu'à faire mal aux yeux, même d'un simple point de vue grammatical. Honnêtement j'ai failli abandonner ma lecture plus d'une fois à cause de ça, et c'est vrai que vers le tiers du livre j'en suis arrivée à un point où il s'en est fallu de peu. Puis peu à peu, sans vraiment savoir ni comment ni pourquoi, on ne trouve finalement plus grand chose à reprocher au texte, la lecture devient plus agréable, on peut enfin s'y abandonner complétement et on se dit que ce n'est vraiment pas trop tôt.


Bon, comme je ne suis pas sur que tout mon baratin pourra vraiment vous convaincre d'acheter ou non ce livre je vous en fais tout de même un petit résumé, même si c'est incontestablement mon point faible.

Donc, sur le continent de Westeros, dans le royaume des 7 couronnes il y a un roi, le gros roi Robert, et tout ses seigneurs qui ,15 ans plus tôt, lui ont juré allégeance après qu'il ait démi et tué, avec l'aide de certains d'entre eux, l'ancien roi Aerys Targaryen. Celui ci avait beau être dément il reste une partie du peuple et des seigneurs qui considèrent le roi Robert comme étant un usurpateur et qui ne se font pas à sa domination sur leur monde.
Tout cela aurait pu en rester là, chacun avec ses regrets et ses rancœurs  si le roi ne s'était pas fait tuer au court d'une partie de chasse. A partir de là tout vas s'enchainer et très mal tourner pour certains. Ned son vieil ami et sa nouvelle main se fait emprisonner, la fille de celui ci se retrouve prisonnière de l'horrible reine Cercei alors que son bâtard de fils est coincé sur le mur séparant le monde normal et ce qui se trouve au Nord pour devenir membre de la Garde de Nuit et alors qu'il voudrait venir en aide à son frère Robb qui lève sa propre armée pour venir au secours de leur père.
Mais l'armée de Robb n'est pas la seule à se préparer, plusieurs rois et reines se font connaitre, et tous convoitent la même chose, le trône de fer et le pouvoir des 7 couronnes. Les frères du défunt roi, son affreux rejeton, le nouvelle khalessi, princesse des Dothrakis, Daenerys Targaryen, rien de moins que la seule fille en vie du dernier roi légitime.
En plus de ça l'hiver vient, l'hiver qui est aussi une nuit sans fin et qui peut durer toute une vie d'homme. Un hiver comme jamais encore, et des choses de plus en plus étranges se préparent au nord du mur, des choses qui rendront l'hiver pire encore et qui pourrait bien obliger les troupes à revoir leur position quand à leur véritable ennemi.
Dans ce monde en plein changement chacun cherche sa place et fait de son mieux pour survivre, ce qui ne va pas toujours sans mal. Combien survivront et combien mourront? Les Dieux répondront-ils enfin aux appels des vivants ou laisseront-ils les Autres répandre les chaos, les cris et la mort?

Je vous l'ai dis, les résumés rapide et sans spoiler c'est pas mon truc, je vais devoir m'améliorer pour les prochains articles, ou en tout cas essayer.  

Donc en résumé j'ai trouvé ce livre très bien, sauf en ce qui concerne les quelques moments de traduction houleuse donc. Je regrette juste de l'avoir attaqué une semaine à peine après avoir eu fini de regarder les saisons une et deux à la suite.

Petits détails sans grande importance aussi, mes personnages préférés sont restés les mêmes de l'adaptation à l’œuvre originale, Jon Snow, Tyrion Lannister et Arya Stark. Comme une grande partie du public semblerait-il
Je me réjouis de lire la suite mais pas tout de suite, la saison deux est toujours trop nette dans mon esprit, je voudrais un peu plus de suspense cette fois.

Points fort : Les personnages - le fantastique
Point faible : La traduction!
Série en court : 4 tomes sortis en version intégrale (qui respecte en fait simplement le découpage original) 15 en version découpé n'importe comment.

10 février 2013

Harcèlement Textuel - On va vous [en] faire baver

Ceux qui me connaissent le savent, et ceux qui ne me connaissent pas, c'est pas grave ils vont l'apprendre, j'ai déjà un blog!
Alors pourquoi un deuxième? Et pourquoi Harcèlement Textuel?

Je vais répondre point par point ce sera plus vite fait.
Alors pourquoi un second blog? Tout simplement parce que j'ai remarqué que mes petites critiques de bouquins sur le premier n’intéressent pas grand monde parmi mes habitués, et que ceux qui pourraient être intéressés ne vont, à priori, pas venir chercher ces informations là sur un blog aussi généraliste que le mien.
Hors il y a aussi le fait que j'ai un paquet de bouquins au compteur et que je trouve dommage de n'avoir aucune trace d'eux si ce n'est dans mon esprit. Parfois j'ai envie d'en relire un mais quand je vois ma PAL (pile à lire) je me dis que c'est dommage de relire un livre que je connais alors que j'en ai plusieurs inconnus qui m'attendent, dont certains depuis plusieurs mois. Alors je me dis que si j'écris quelques lignes sur chacun d'entre eux je pourrais venir les relire n'importe quand et ce sera un peu comme les reparcourir, mais rapidement.
Donc un second blog me semblait une bonne alternative au problème, si on peut qualifier cela de problème.

Aussi, pourquoi un titre comme harcèlement textuel? Tout simplement parce que le jeu de mot m'a amusé, faut pas chercher plus loin. Je pourrais, vous aussi, mais franchement ce n'est pas indispensable. Les explications les plus simple sont parfois les meilleurs.

Et à la question pourquoi Harcelemot en adresse? je répondrais simplement que harcèlement textuel était de 2 caractères trop long pour Canalblog.J'ai donc contracté les deux.

HT est aussi le nom d'un obscure groupe de rap vraiment mauvais, mais comme leur dernier (et premier?) album semble remonter à 2002 je me dis qu'ils doivent être mort (musicalement parlant), donc ça ne doit pas être trop grave si j'utilise le même nom qu'eux.

Donc voilà, d'ici peu, quand l'habillage sera parfaitement terminé, je posterais un véritable article et on pourra commencer sérieusement =)

9-Bookshelf-Designs
(Designer: Jongho Park)