Vamos la couvAujourd'hui attachons nous à une série sortie il y a deux ans et qui n’a, à mon gout, pas fait assez parlé d'elle.

Vamos là!

Quatrième de couverture

Violente, renfermée, asociale, vindicative, Yû Kamasaki est la terreur de son lycée, la fille intouchable que personne n’ose approcher. Ne lui parlez pas de vie sociale : une fois les cours terminés, elle rentre aussitôt chez elle.
Mais son quotidien est chamboulé par la charmante et très communicative Asami Kume, la coqueluche de tout l’établissement, qui l’invite à se joindre à la joyeuse équipe du petit club de foot en salle. De nouveaux horizons s'ouvrent alors à Yû, les joies de la vie lycéenne japonaise : les cours, le bentô entre amis et les activités du club... Mais pour cela il lui faudra maitriser son sale caractère d'ours et ça, c'est loin d'être gagné!

Découvrez les péripéties ordinaires d'une jeune fille au caractère peu commode dans une série qui met de bonne humeur.

Ce que j'en ai pensé

A priori j'aurais pu penser que cette histoire n'était pas du tout faite pour moi : du sport en tant que thème principal, des filles aux attributs hmm, disons imposants, une histoire qui tend par moment vers le yuri... Et pourtant! Ce fut mon coup de cœur de l'année 2011!

Kamasaki est une fille rejetée par sa classe, elle n'est pas sociable pour un sous et a un fichu caractère.. Bon ok, il n'est pas impossible que si je l'ai autant aimée dés le départ c'est parce qu'on a un paquet de points communs, de là l'identification s'est effectivement un peu imposée d'elle même. Mais bon, il n'y avait pas que ça.

Plutôt que de la faire apparaitre comme un personnage persécuté et faible, une petite fleur qui ne demande qu'à être secourue, l'auteur en a fait une fille forte, têtue et un chouilla violente aussi. Au premier abord donc elle n’a déjà rien d'une victime et ça c'est agréable.
Malgré cela l'histoire se place assez vite et un imprévu vient chambouler la vie trop calme et recluse de notre héroïne. Cet ouragan de fraicheur s'appelle Kume et elle s’avère être l'exact opposé de Yû. Toutefois peut être pas en ce qui concerne l'obstination, et c'est tant mieux car elle a décidé que Kamasaki et elle deviendraient amies et ce, quoi qu'il en coute.

Va alors commencé pour notre ours grognon une vie toute différente de celle à laquelle elle est habituée, elle va intégrer le club de futsal, va côtoyer ses membres, va s'extravertir et va même apprendre à connaitre sa pire ennemie.
Pour le meilleur ou pour le pire? 

Alors je sais, l'histoire aurait pu déraper à tout instant, devenir niaise ou carrément chiante pour toute personne n'ayant jamais eu d'attrait particulier pour le foot... Mais en fait non, à aucun moment on ne s'ennuie, on prend même beaucoup de plaisir à suivre Kamasaki et a la voir se dépatouiller, avec plus ou moins de succès, de ces situations qui bien souvent la dépassent.

Un premier tome qui met dans le bain et qui réussi haut la mains sa mission donc, à savoir donner envie de lire la suite!

Petite info supplémentaire : Quand j'ai acheté ce manga il était exceptionnellement à 5€ au lieu du prix plein pour fêter les 5 ans de Doki-Doki (offre réservée logiquement au premier tirage) et aujourd'hui je découvre qu'il n'a toujours pas augmenté, ce qui signifie soit que l’offre a été prolongée, soit que le premier tirage n'a toujours pas été épuisé et ça c'est juste inacceptable!

C'est vraiment une bonne série, alors si ce petit billet vous a donné envie de la découvrir à votre tour foncer l'acheter, avec la réduc permanente d'amazon le tome 1 n'est qu'à 4,75€ et ce n'est vraiment pas cher payé pour une série de cette qualité! 


Points forts :
Les dessins, le dynamisme, les personnages bien recherchés et réalistes
Points faibles : Pas assez connue
Nombre de tomes : Série terminée en 3 tomes

Mix Vamos la t1